La publication scientifique : forces et faiblesses

Qu’est-ce qu’une publication scientifique ? Quel est le processus de publication d’une étude ? Forces et faiblesses du système de revue par les pairs (peer-review), du milieu de l’édition, de la course à la publication (publish or perish)… et les solutions à mettre en avant pour améliorer la qualité de la production scientifique.


La Tronche en biais reçoit Didier GOURIER

Nos congénères et nous-mêmes sommes des machines à croire très performantes. On peut croire tout dès l’instant qu’on pense tenir une preuve. Mais souvent cela fonctionne dans l’autre sens : nous nous sentons autorisés à appeler « preuve » tout ce qui vient confirmer ce qu’on pensait déjà. Ceux qui pensent que la Terre est plate ont plein de vidéos YouTube à partager où des gens diversement compétents font des démonstrations étonnantes, notamment par leur choix délibéré d’ignorer de nombreux faits qui ne collent pas avec leur vision des choses. Ceux qui croient à tel ou tel complot peuvent multiplier les sources et les arguments et constituer un mille-feuilles argumentatif où la quantité produira une illusion de qualité.

Ceux qui veulent croire que l’homéopathie fonctionne plus qu’un placébo pensent avoir des preuves et ils pourront même citer des articles de recherche, des professionnels de la santé pour être d’accord avec eux et pour évoquer une sorte de « magie » à l’œuvre dans les pratiques thérapeutiques non-conventionnelle.

Evidemment ceux qui croient ces choses estiment avoir raison, sinon ils changeraient d’avis. Ceux qui changent d’avis estiment d’ailleurs être plus dans le vrai après ce changement d’avis. Conclusion : on pense toujours avoir raison à l’instant T où on se le demande (sauf quand on doute). C’est pourquoi il est important de savoir chercher des éléments de preuves qui ne dépendent pas de nous et de notre envie d’avoir raison à l’instant T. C’est pourquoi en zététique on demande des sources aux allégations sur les pouvoir de l’esprit, les manifestations paranormales, l’apparition de PANE (l’autre manière de nommer les ovnis).

Les antivax, par exemple. Si on leur demande des preuves de leurs accusations multiples et variées sur les dangers des vaccins, ils donnent volontiers des liens vers des vidéos où une mère de famille ou bien un médecin lambda (volontiers homéopathe et chaman) raconte une suite d’anecdote, énonce des faits étonnants (qu’il s’agirait de vérifier) ou dénonce un complot de Big Pharma. Parfois c’est un blog qui leur semble pouvoir convaincre le monde entier. Généralement ce sont des anecdotes personnelles.

Nos congénères semblent ne pas bien faire la différence entre un commentaire sur le forum doctissimo et PNAS, Trends in molecular medicine ou Annual Review of Genetics. Ils ne savent tout simplement pas reconnaître un véritable article scientifique découlant d’un travail de recherche validé par un processus de relecture critique par des professionnels. Et ce n’est pas totalement leur faute : quelqu’un leur a-t-il jamais expliqué de quoi il retourne ?

La publication scientifique, l’article de recherche, la revue, la méta-analyse, autant d’objets qui ne sont familiers qu’à ceux dont le métier est ou a été la science. Mais même les professionnels ne se penchent pas toujours avec assez d’attention sur les forces du processus de validation des connaissances produites… ou sur ses lacunes. Car il ne suffit pas de brandir la dernière publication en date pour détenir la vérité définitive sur un sujet. On connait les écueils de la course à la publication, de la spéculation, des échecs de réplication des résultats et même, parfois de la fraude. L’élaboration du consensus scientifique réclame du temps, et donc de la patience. Et donc de la prudence quant à ce qu’on doit juger prouvé ou douteux.

Tentons ce soir de nous initier aux grandes lignes du fonctionnement et des éventuels dysfonctionnements de la science contemporaine à travers l’objet de la publication scientifique avec le chercheur Didier Gourier.

Vidéo « La publication scientifique – Forces & faiblesses »

La transcription de la vidéo de Tronche en biais

la tronche en live l’émission de l’esprit critique en direct et en public avec blake d’apparence et un serment d [Musique] bonsoir oui aux élèves ok ok merci ben ça alors faudrait faudrait planter la mise en ligne plus souvent on n’a pas du tout répéter c’est cet accueil pour notre émission 61 avec des gorilles et vas-y lance-toi blade tu as bien répéter absolument tu sais que le congénères et nous mêmes sommes des machines à croire très performante on peut croire tous dès l’instant qu’on pense tenir une preuve mais souvent cela fonctionne dans l’autre sens nous sentons autorisé à appeler preuve tout ce qui vient confirmer ce qu’on pensait déjà ceux qui pensent que la terre est plate ont plein de vidéos youtube a partagé ou des gens diversement compétents font des démonstrations étonnantes notamment par le choix délibéré d’ignorer de nombreux faits qui ne colle pas avec leur vision des choses ceux qui croient à tel ou tel complot peuvent multiplier les sources et des arguments et constituer un millefeuille argumentatif où la qualité produira une illusion de qualité ceux qui veulent croire que l’homéopathie fonctionne plus qu’un placebo pense avoir des preuves et ils pourront mettre de recherche des professionnels de la santé pour être d’accord avec eux et pour évoquer une sorte de magie à l’oeuvre dans les pratiques thérapeutiques dites non conventionnelles évidemment ceux qui croient des choses estime avoir raison sinon il changerait d’avis théorique change d’avis estime aussi être dans le vrai après ce changement d’avis article scientifique découlant d’un travail de rue validée par un processus de relecture critique par des professionnels étaient pas totalement leur faute quelqu’un leur at il jamais expliquer de quoi il en retourne la publication scientifique de recherche la revue la méta-analyse autant d’objets qui ne sont familiers qu’à ceux dont le métier est ou était la science mais même les professionnels ne se pense pas avec toujours assez d’attention sur les forces du processus de validation des connaissances produites ou sur ses lacunes car il ne suffit pas de brandir la dernière publication en date pour détenir la vérité définitive sur un sujet on connaît les écueils de la course à la publication de la spéculation des échecs de réplication des résultats ou même parfois de la fraude cela arrive l’élaboration du consensus scientifique réclame du temps et donc de la patience est donc de la prudence quand est-ce qu’on doit juger prouver ou douteux tentons ce soir de nous initier aux grandes lignes du fonctionnement et des éventuels dysfonctionnements de la science contemporaine à travers l’objet de la publication scientifique avec le chercheur didier gourrier bonsoir bonsoir monsieur gournier alors après un retard technique nous tout va bien on commence émission en retard mais on la commence bien on est content vous soyez là désolé pour le les couacs et donc j’ai déjà des files et donc alors le le flux des ondes du de l’internet qui vient dans vos maisons j’ai pas qu’elle regarde le direct sera pas forcément super moins direct mais nous on est là donc nous ici ça va vous me verrez bien en direct e d’abord est-ce que vous vous présentez vous êtes physicien et chimie physique aux chimistes physico-chimiste vous avez je suis professeur des universités un peu donc j’enseigne enseignement supérieur mais également bas je fais de la recherche comme tous les comme tous les enseignants chercheurs alors c’est un domaine j’enseigne dans un domaine c’est de la science des matériaux et je suis parisien donc j’enseigne avec oscar de chimie et qu’on espère de chimie de paris s’appelle chimie paristech et mon laboratoire ces digues un peu spécial c’est un laboratoire cnrs mais qui à cheval entre eux le pain le cnrs chimie paristech et le centre de recherche et de restauration des musées de france au palais du louvre donc c’est je pas ce moment là j’ai très envie d’aller visiter votre laboratoire oui on est en contact on a des moyens et peu de problèmes et donc vous a invité parce que on m’a dit que vous aviez fait une conférence sur l’éthique en sciences et c’était super intéressant m’a dit c’est ce personnage me suis cours il est très très bien pour parler des sujets là invite le dont vous êtes là pour ça voilà ce qu’on pourrait parler science instant on va donc je si jamais le conseil était pourri on va se rendre compte mais je pense que ça va aller j’ai parlé avec monsieur courrier au téléphone et donc en gros de cette partie une on va faire dans un monde parfait dans laquelle tout ce qui est prévu en sciences fonctionnerait bien comment ça marche comment on passe d’un d’une question à on fait de la recherche et en public avant d’aller en ou publics ont accès aux publications donc tout à fait assez drôle et la publication et les gens savent pas forcément ce qu’il ya derrière un papier donc ce qu’on peut leur expliquer vous connaissez le système les différentes étapes entre pas d une question de recherche et un papier voilà alors justement c’est un très long processus en fait c’est vrai qu’il ya un nombre de publications absolument fantastique qui je crois qu’il y avoir autour de 2 millions de publications actuellement mais la publication elle-même c’est un processus très long d’abord ça commence par donc la recherche proprement dit la recherche c’est d’abord avoir un projet de recherche et où l’artiste une hypothèse ou bien réfuté une hypothèse qui est quand même assez courant aussi donc ça suppose d’avoir des collaborateurs donc on appelle ça des chercheurs confirmés et puis donc avec des en général des jeunes chercheurs doctorants post-doctorants stagiaires de masters etc le projet est lancé c’est une recherche qui peut prendre ça dépend de l’ampleur du problème mais un an deux ans et il ya des bons résultats lors des bons résultats ça veut dire quoi on cherche ça veut dire d’abord avoir des expériences très propre des données fiables réplicable reproductibles et puis donc évidemment les résultats ont été bien exploitées donc il peut y avoir une exploitation théorique alors ça dépend de la discipline bien sûr les sciences du vivant ça sera différent de la chimie la physique de la physique théorique donc tout ça évidemment ça dépend des disciplines le travail scientifique est finie on a découvert quelque chose où je pense avoir découvert quelque chose d’avoir fait une avancée et à ce moment là c’est là où vient le moment de la publication et ça c’est un c’est déjà assez long parce que quand on veut publier un résultat de recherche d’abord exposé dire dans quel journal on va on va publier donc ça c’est la première question qu’on pose les journaux quel type de 2h15 alors d’abord des journaux il y en a énormément donc en a au total je crois qu’il doit y avoir à peu près 20 milles je crois c’est au tour de 20000 journaux scientifiques donc c’est quelque chose je les connais pas tous je vous non plus j’en connais jean connaît relativement peu rageant connais quoi une centaine maximum dont lauriane un grand on va parler des grandes écuries soient la nature il ya des très grands journaux donc on va partout va considérer ces journaux qui ont pignon sur rue depuis depuis très très longtemps donc imaginons qu’on ait fait un travail qui nous qu’on pense on pense qu’ils méritent d’être publiés dans une grande revue car à ce moment là donc on rédige l’article en fonction de base des recommandations du journal en question chaque journal à chaque journée à la concorde comment on présentait raison exactement comment les présenter comment les on soumet l’article première étape en général quand c’est une très grande un très grand journal l’éditeur en chef ou éditeur associé peut dire non cet article correspond pas tout à fait ou à la revue près il vaut mieux que vous ayez que vous alliez voir une un journal une revue spécialisée etc voilà mais quand quand l’éditeur accepte à ce moment là ça passe à l’étape du de l’ expertise de la revue par les pairs c’est ce qu’on appelle le père review donc en fait l’éditeur ou l’éditeur associés va choisir des experts du domaine alors évidemment déjà la première question un expert peut être aussi un concurrent dont quelques fois des journaux demande mais ce qu’il ya il ya quelqu’un vous ne voulez pas avoir on peut on peut mettre des noms de lui et lui je veux pas qu’ils puissent comme ça peut arriver on peut contester a posteriori mais en général donc une fois que l’éditeur a choisi des experts marival et sollicité en général y en a deux ou trois quelque fois plus mais c’est en général deux ou trois et six ans et le troisième qui fait chier un bas il en faut trois parce que si on a un qui accepte qu’ils trouvent ça très bien l’autre qui trouve non non il ya bon je n’ai pas de troisième et voilà il faut départager donc 3 c’est un bon nombre à ce moment là faut déjà que les experts accepte parce qu’on est sollicité en permanence pour review et des articles en venant du monde entier experts c’est pas un métier en soi ah non c’est pas un métier en sus quand ce qu’on appelle l’ expertise par les pairs ça veut dire que un article de recherche est expertisée par d’autres chercheurs donc c’est donc on est sollicité en permanence donc évidemment dire mais moi ça m’était arrivé une fois de faim deux fois 2 d’être rouverts pour des petits journaux ça arrive assez souvent quand on a donc alors admettons qu’on accepte les trois les trois experts accepte bon on leur donne en général allez un mois maximum pour faire leur expertise sachant très bien que la plupart du temps ils sont en retard en tout cas c’est ce qui me concerne si est alors donc unis rendent leur verdict alors souvent ce sont des expertises qui peuvent être très longues ou très courtes très longue ben ali dix analystes point par point ils demandent des modifications quelques fois de faire des expériences complémentaires de justifier telle tel point qu’ils aient pas clair etc et c’est donc une fois que les expertises sont arrivés entre les mains de l’éditeur il les renvoie à l’auteur principal de l’article qui lui ben c’est le 18 la galère continue et c’est hyper stressant car c’est surtout pour les jeunes en thèse où il faut avoir un public qui passe pour pouvoir avoir son diplôme c’est assez stressant de dire avril et on a le retour de rumeurs et parfois il ya été moins d’exigences cons et qu’on renonce arrive qu’on verra un autre journal valor rien alors ça c’est alors justement ça peut arriver alors en général souvent si le travail est propre bien fait l’article va être acceptée avec des ce qu’on appelle des mineurs correction c’est à dire des corrections mineures des petits points de détail quelquefois il peut y avoir un point un peu plus dur à voir mais en général si le travail est bon on a bien visé dans le bon journal et bien l’article est acceptée donc ça peut prendre c’est un processus qui peut prendre plusieurs mois pour bien choisir leur camp maladie ce n’était pas un métier en soi ils sont payés mais parce que à bas loyer est payé dans le sens où et ça rentre dans le métier de chercheur maintenant en fait ça fait partie du package mais le packaging est gros fort les coups mais il n’y a pas un métier l’éditeur ne paye pas non non non jamais avec mon nom c’est à c’est un travail supplément parfaitement parfaitement gratuit voilà donc il peut arriver et ça ça arrive souvent dans les plus la revue et prestigieuse plus ça arrive l’article est refusé alors ça souvent c’est un drame parce qu’il peut y avoir des contestations mais en général quand éditeurs dit non il ya trop de trop de problèmes quelquefois ils sont deux qui sont de mauvaise foi c’est il ya des dériveurs qui peuvent tout simplement sur des concurrents ils veulent pas que l’article passe et concurrents il faut être un mot un peu long d’ailleurs parfaitement oui donc c’est la compil faut bien voir que la recherche se fait dans une hyper compétition internationale où souvent tous les coups sont permis donc il peut y avoir des articles qui mettent un an deux ans à sortir alors qu’ils sont très très bons et entre temps vous voyez passer un article à peu près du même style part peut-être par le quelqu’un qui par leur envie works est déjà arrivé bon moi ça m’est arrivé personnellement toutes les d’accord mais il faut pas dégoûté des gens de la science non mais ça veut dire que c’est un processus très très compétitif où il faut quand même pas être bisounours c’est quand même assez assez compliqué et alors dans ce cas là on tient compte des si l’article est refusé on tient compte des remarques des rives you were on améliore l’article et puis on va le soumettre ailleurs en général ça finit par passer si c’est un bon ou encore dans le cas où c’est un très bon travail on fait remarquer dans le chat je n’ai pas vérifié l’info que parfois pour certains types de recherche ou papier et les revers sont payés par leur leader apparemment ça arrive à ma connaissance mais ça doit être vraiment l’exception maj on connaît pas non plus non c’est ça je ne remarque c’est l’intérêt d’être en live du coup on a des retours mais ne pas nous donner l’info de ses journaux là dans les réseaux moi j’aimerais bien savoir lesquels en général les rejuger ne sont absolument pas dans tout gaza pas la règle non c’est pas l’arrêt donc c’est aussi refuser et mai mais même quand c’est accepter la base arrière pour remettre en forme voilà c’est ça il ya un problème de d’abord les joueurs demandent des corrections des modifications des ajouts des compléments une fois que c’est fait à ce moment là l’éditeur va commencer à mettre mettre en forme l’article et ça revient pour relecture à l’auteur principal en général hélas il ya des erreurs dues à l’est dit dit à l’édition si on ne les voit pas ces erreurs là bas elles sont et sont définitives donc c’est une série d’allers retours c’est un processus la publication est un processus assez long évidemment une fois que l’article est finie et bien si c’est dans un grand journal il est répertorié dans une base avec bombardons qui fait partie d’une collection où tout le monde l’a à partir de ce moment là en principe peut avoir accès à cet article déjà tous les chercheurs mais en principe aussi les bains normalement les articles de recherche de vrais textes accessibles à tout le monde grand public et c’est là où c’est plus difficile il ya une question du chat est ce que les mémoires de de quoi de master sont conçus scotia comme des balises des vies pas de masters par les mémoires de master mais les thèses c’est parce que les tests sont sont répertoriés d’ailleurs la bible à l esprit solidaire mais ça c’est une base c’est une année de bts fait en france pas seulement des thèses sait on peut mettre des articles sur déposés sur alice et est une plateforme une plateforme d’accès en ligne qui était qui a été développé par le cnrs qui est très utilisé par les physiciens – par les autres disciplines ensuite je ne sais pas ses propres aux sciences humaines mais je sais qu’en sciences humaines ça peut arriver de temps en temps quand on est noir est vraiment excellent que le oui que le directeur propose de proposer une revue quoi voilà alors ça c’est ça c’est le cas des sciences humaines et sociales ce qui est quand même très différent des autres disciplines scientifiques c’est souvent une thèse d’abord une thèse dans les domaines scientifiques ces trois ans maintenant la règle ces trois ans pas une semaine de plus et donc en général la thèse elle-même une bonne thèse une bonne mais la thèse elle-même n’est pas accessible vous pouvez avoir accès à n’importe quelle thèse ceci dit il ya des gens qui disent qu’ils ont trois doctorats on n’a pas accès aux thèses oui ça c’est un autre problème ça d’abord je connais pas beaucoup contrairement à un petit peu oui donc ça c’est ça c’est les cv un peu gonflé alors alors dans les sciences humaines et sociales pourraient reprendre dans des disciplines comme la linguistique l’archéologie ou une thèse d’abord peut durer beaucoup plus longtemps que trois ans il ya des thèses qui dure quelques fois 7 8 9 ans en sciences humaines et sociales et la thèse c’est déjà un pavé en soit dans les sciences dures souvent une thèse on demande à ce qu’elle fasse pas plus de 150 pages 200 pages maximum c’est que ça commence à devenir une règle non sciences humaines et sociales ça peut être des pavés énorme ils peuvent être publié sous forme de livre il ya des tests qui sont publiées directement c’est un livre donc ça c’est une autre forme de publication mais que quand même propre aux sciences humaines et sociales et à certaines disciplines des sciences humaines et ça ce soir un peu du cac dont on va dire qu’à lyon des accords du cloud avec les revues alors justement le on a parlé des revues c’est quoi une revue parce que on pourrait dire je lis science et vie maintenant ou sciences et avenir de l’enfant troisième pour la pub la recherche pas très bien je suis abonnée salle est ce que les articles fouillés dedans sont désertiques de recherche non un article de recherche c’est quand même là la mise sur le papier de résultats d’une recherche c’est une étape dans l’évolution des connaissances en principe au mieux c’est une c’est vraiment une nouveauté au pire phare au pire en souvent c’est une petite avancée mais qui est significative quelquefois c’est une reculade parce que si on monte que des articles antérieurs finalement c’est pas l’hypothèse la théorie qui défendent n’est pas bonne il peut y avoir des nations c’est souvent comme ça un pas en avant deux pas en arrière et puis mais finalement la la connaissance avance à une vitesse fantastique elle est devancée à l’avance pratiquement exponentiellement donc ça veut dire que globalement le bilan est positif alors si on voit dès maintenant c’est le problème de l’accès du grand public finalement le grand public toutes les recherches sont financées en général avec l’argent du contribuable ou avec certaines avec l’argent du des entreprises du privé mais globalement c’est vos impôts qui payent la recherche donc effectivement on sait le financeur qui décide en principe et il doit avoir accès aux résultats de la recherche on en voit dans la partie de ma part là-dedans parce que ça c’est des problèmes mais là on est vraiment idéal alors le nom de biens et donc tout fonctionne bien donc les mêmes un monde idéal sciences et avenir c’est pathétique de recherche non ce ne sont pas des articles de gérants en gros on me fait remarquer que dans le chat on parle de différence entre sources primaires sur secondes voilà c’est ça mon coeur bat ces blacks alors en gros à l’arc et de recherche c’est une source primaire oui voilà c’est dit aux nouvelles connaissances et dans les revues on a des journalistes qu’ils sont journalistes parfois qui peuvent être scientifique de formation souvent ils le sont pas oui il ya les deux il ya les deux cas de 2 mai donc on laisse à lui jamais mais il faut être et et moi ce que je dis ce qui m’étonne c’est que c’est des gens c’est leur métier ils mettent pas les sources des fois alors oui c’est une bonne revue genre la recherche pour la science y met les sources bon de toute façon ils mettent les semoirs mansur 6 mhz et emerson ben je vous garantis que c’est pas toi toujours pas toujours bien sûr parce que mais en général ils sont en tout cas l’intérêt de ces revues là qui sont quand même accessible qu’on achète dans les kiosques c’est que déjà ça suscite l’intérêt parce que déjà c’est une manière de faire connaître un peu les bas les avancer les recherches alors évidemment il ya un biais là dedans c’est très souvent vous avez publié dans ces revues la science et la recherche qui ont sévi on sait à venir pour la science avant tout des choses qui peuvent accrocher le grand public s’il ya quand même une partie importante des recherches bah on sait que c’est pas voilà la vie des chevaliers aux pauvres près du lac de ba le palu winaj’h il ya des questions de méthode de recherche forcément quand on n’est pas acteur on se dit mais ça sert à quoi voilà c’est ça exactement on aura gagné 10 m et s’est encore dégradée un arbre pour voir que c’est un arbre mais le fait est que oui il ya un biais dans le set tête-à-queue le voilà enfin spectaculaire non parce qu’à la limite des disciplines qui sont très obscur on parlait tout à l’heure de la physique quantique la physique quantique est la limite le tout le monde connaît le terme aux fantasmes un peu là dessus parce que c’est quelque chose qui est très compliqué point de vue physique mais ça n’empêche que ça attire le public quand même ils veulent savoir qu’est ce que ce que souhaitait que l’information quantique la téléportation quantique et c’est rien ça on veut des choses comme ça donc effectivement même si les gens ne comprennent pas ou parce que c’est très difficile à comprendre ils sont attirés par sa le boson de higgs ce fameux boson qui a été une couverture médiatique mondiale en 2011 2012 et bien en fait la plupart du temps les gens ne comprennent pas ce que ça quelle est la signification d’un comprimé est à l’origine de la masse de la matière enfin tout ça bon mais ça attire alors ya des choses qui parlent plus et tout ce qui est évolution du climat ça c’est sur des problèmes de société et ça de toute façon ça attire naturellement grand public toutes les cases de santé 31 la santé le ski à d’autres encore bâle les technologies mobiles les technologies les nouvelles technologies leur danger leur avantage aura tout ça c’est quelque chose qui parle effectivement où il ya des débats des donc en fait c’est très diverse l’intérêt du grand public pour des pour des thématiques scientifiques c c’est ça peut être pour différentes raisons il ya des par contre ya des domaines des pans entiers de la science bach ou le grand public n’accroche pas pour des raisons parce que c’est trop technique trop compliqué trop le intéressés de que les gens comprennent lorsqu’on demande une source de l’allégation la source ça peut pas être un morceau de forme d’oxymore on disait dans l’eau ça peut pas être sur ces vies sauf si on est capable de dire dans ces villes saintes éclat qui cite telles recherches et là c’est une vraie c’est une ressource bon jeu à ma connaissance alors ça je parle pas je connais pas de collègues qui vont citer dans leurs travaux s’ils ont suivi j’aurais vraiment dans la vie de tous les jours lorsqu’on a une allégation sur toujours j’ai lu ça la terre en fête et les triangulaires ou en fait si si les vaccins cause la connerie les gens souvent vont citer une source qu’ils ont vu sur internet et ne faut pas faire l’effort de distinguer une voilà fiable une source ton père voilà voilà comment on distingue une source vient alors ça c’est difficile parce que d’abord de toute façon grâce à internet il ya il ya un afflux d’informations accessibles à tout le monde mais beaucoup de ces informations ne sont pas validés ça c’est la première chose alors qu’est ce que ça veut dire validation déjà c’est pour ça que la publication difficultés de la publication scientifique est importante parce qu’en fait en principe à une validation par les pairs c’est passer par un processus d’ expertise qui peut être un parfait parce qu’on peut passer à côté de choses mais en tout cas la publication c’est un stade ça c’est une vraie sauce qu’il faut enfin on doit la cité par contre ces différentes sources différentes publications scientifiques peuvent être à la base ensuite un article de revue par exemple qui va faire le bilan d’un domaine d’une avancée est souvent ces articles de revues peuvent être à la base d’articles qui vont être des articles de vulgarisation comme on dit scientifique plus accessible plus facilement lisible par le grand public un article de revue c’est un article qui sur une question fait le point sur le blog voici cinq dizaine d’années tout ce qui est sorti dans surveiller voilà voilà c’est ça voilà c’est ça qu’on peut très bien faire un art tir de vue de revue sans avoir vraiment fait de la recherche dans un domaine à mais par contre il faut quand même comprendre ce qu’il ya dans les dents les articles donc c’est une manière de faire une synthèse une synthèse dans un domaine particulier donc ça c’est comme ça qu avance le qu’on peut qu’on arrive à faire des synthèses sur des domaines qui sont des résultats qui sont dispatchés dans des quantités énormes de publications publiée par des chercheurs du monde entier à une vitesse fantastique et c’est vrai que c’est très difficile de pouvoir faire un bilan et un instantané à un instant t de se dire bah voilà quelle est la situation de cette thématique la date d’aujourd’hui sachant très bien que dans un an les choses auront évolué et donc on a en recherche qu’enfin un papier très étonnant qui sort et parce qu’il est étonnant on va parler plus que d’autres oui et donc on va voir l’illusion qu’il est plus vrai c’est vrai alors ça c’est le gros problème un peu de la science parce que qui dit science il ya communication forcément il ya deux types de communication et à la communication scientifique proprement dit et ça c’est le rôle des des bonnes revues scientifiques des conférences du congrès des laboratoires mais laboratoires eux mêmes ça c’est la bonne communication et puis il y as souvent et ça c’est normal parce que il faut faire un petit retour en arrière sur le rôle de la publication le rôle de la publication avant tout c’est l’avancée des connaissances ça c’est la première chose deuxième chose c’est d’une certaine manière se faire connaître ça on en arrive sur des scientifiques bas il va publier pour se faire connaître c’est humain troisième chose et ça c’est un peu derrière plusieurs salles à 10 h ça c’est encore un autre problème c’est la bibliométrie mais il ya un autre problème c’est que aussi maintenant c’est une méthode d’évaluation l’évaluation les chercheurs sont évalués c’est vrai qu’on peut avoir une impression que bas à faire de la recherche c’est un monde où finalement on a le temps de réfléchir on a le temps de travailler tranquille de sortir ça c’est complètement fou dans un monde idéal dans un monde idéal temps voilà on aurait mais en fait on l’a pas d’abord il ya une pression une pression très forte alors il ya différents types de pression je vais pas insister trop mais il ya une pression qui est très importante qui vient des états unis juste après la seconde guerre mondiale même commencé un peu avant la seconde guerre mondiale c’est ce qu’on appelle le publieur parish on publie ci on publie pas en est mort cirque on a bu de financement on n’a pas de reconnaissance et donc l’évaluation alors c’est peu plus choix parish comme on a en france un c’est publié ou crever oui c’est publié ou creux c’est ça et donc c’était les américains ont été les premiers à développer c’est alors évidemment ça accompagné tout se veut ce fabuleux développement de la science aux etats unis quand même c’est vrai que c’est un bon côté c’est que ça pousse les gens à travailler plus donc peut-être mieux alors ça c’est vrai ça c’est le drame monde idéal wii party gré dans un monde réel il ya des conséquences de sas et que surtout quand la recherche maintenant c’est vrai que c’est un de plus en plus un métier qui précarisent est de plus en plus on est chercheur à temps partiel c’est-à-dire on a un cdd de quelques années alors la france a été un peu pas renié par sa où on quand on est recrutée au cdrs ou comme maître de kung fu professeur on les avis en principe sauf si on fait des très grosses bêtises donc d’abord il ya une sérénité on en connaît qui font des bêtises et on ne vient pas un oui c’est vrai quand même compliqué non mais je suis d’accord sera donnée non on commence à vraiment ça commence à virer maintenant on commence à virer alors donc déjà cette pression pour des jeunes chercheurs en général pour être sûr d’avoir un poste pérenne c’est d’avoir des bons résultats des bonnes publiées etc donc il peut y avoir des dérives qui sont bas là malheureusement du travail bâclé vite fait et puis de la fraude donc ça c’est un peu l’inconvénient du de la publication et tout ce qui va derrière ce qu’on appelle la bibliométrie chez pas si vous avez l’intention d’en parler invité comme c’est comme outil pour évaluer les chercheurs et ça il ya des conséquences très néfastes et donc du coup je suis un peu perdu dans mon souvenir le sait que l’une des clés qu’on va redonner aux gens qui nous regardent et qui m’ont ce gamin gentil mais moi je je suis ménagères de moins de cinquante ans je veux comprendre un petit peu mon métier c’est pas la recherche je veux comprendre un peu ce qui se passe lorsqu’on me dit on me donne une source comment moi qui ne connais rien je distingue un article qui vaut quelque chose d’un article ou qui vaut rien qu’est-ce qu’on a regardé sur une double occasion on restera en grèce élaboré sont en anglais tout maintenant et voilà le sk de trois indices qui dit cela ça pue ou est-ce que c’est trop compliqué il ya tous les cas de figure il ya des articles qu’on peut repérer on peut repérer très vite que derrière un cas on pourra peut-être en parle et où ça a été repéré en quelques semaines quelques mois et on a d’autres c’est des moments quelques mois pour nom il faut d’abord souvent une fraude détectée quand on n’est pas capable de s’emparer de froment ne serait-ce qu’une revue une bonne ouïe scientifique correct d’une revue poubelle parce que pour un oeil d’expert ça ça sera en 5 secondes peut-être alors on sait ça vaut rien semé mais que quelqu’un peut venir avec un pic qui dit que les oui parce que le que l’eau d’evian guérir le cancer voilà c’est officiel et alors comment enfin bad mettons loguer l’eau d’evian guéri du cancer ça a été publié dans une revue probablement pas a trait aux indices d’un pas alors regardé mon talent cette vidéo malte aurait quand même pu choisir dit elle c’est ce que bon admettons évidemment la première chose qui va se passer c’est qu’il y aura des tas de laboratoires dans le monde qui vont essayer de reproduire qui vont essayer de vérifier si c’est vrai alors ce qu’on appelle la reproductibilité c’est des résultats qu’on peut parfaitement reproduire à partir de la publication c’est ça la revue qu’il faut distinguer la reproductibilité et la réplicabilité ces deux choses différentes alors dites-nous reproductibilité si vous lisez un article scientifique vous refaites des expériences sur la base de ce qui est écrit dans l’article et ça marche et ça marche ça c’est reproductibles et dans ce cas là effectivement bain l’eau va guérir du cancer mais il faudra quand même pas mal d’articles avec des oeufs des gens qui vont essayer de contrer ça et au bout d’un certain nombre d’articles ben va derrière m ben oui effectivement il est possible que l’eau est un rôle peut guérir contre le cancer donc ça c’est quand même vers processus assez long alors il ya le cas de figure où personne n’arrive à reproduire alors là ça pue ouais bon alors c’est louche parce que là il peut y avoir un problème un deuxième problème soit un article n’est pas reproductible parce qu’il ya des détails qui manque par exemple dans la partie quand on met toute la manière dont de procéder dans les excuses des expériences ont oublié dans l’arctique il ya le matin même vers introduction matériel méthodes et vous arrivez toutes les étapes de votre manip et si vous bossez bien on peut tout refaire et défendre on n’écrit pas assez bien alors quelques fois il ya des détails qui manquent consciemment ou inconsciemment monsieur voilà c’est pas forcément les scientifiques qui sont responsables mais toujours dit que ça peut être une source de nom reproductibilité alors il ya d’autres sources de nom produire aux subtilités qui sont plus grave c’est que d’abord normalement le labo lui même quand il fait des expériences on est censé déjà la réplicabilité c’est à dire sur place la nuance c’est là la nuance dans laboratoire de refaire les mêmes expériences plusieurs fois avec ses propres logiciels pour le traitement des données etc etc ça c’est la réplique à devenir lé sûr que lorsqu’on publie on est sûr d’une voie là on est sûr que vous espériez dans un laboratoire quant à manuel marche ne la réplique pas bah voilà arrête toi une marche situe la sablière un risque à marche plus alors justement si si quelqu’un est pressé de publier parce que cette pression à la publication peut inciter à ne pas vérifier que ces réplicable alors évidemment il ya des il ya des cas où les expériences sont très bien quand c’est de la physique pure sur un pur la physique dur sur un problème particulier où toutes les expériences sont bien contrôlées où il peut être assez facile de répliquer de refaire l’expérience une fois ça y’a pas de problème je vais en physique que les résultats il va pas bouger alors il ya toujours les marges d’erreur en est sûrs de retard sur donné mais vous n’avez pas un matériel salle comme homologie ou à la plante qui traîne c’est quand même plus propre que le propre quand même le propre de l’inde quand on a affaire à de la matière vivante c’est la complexité il ya des tas de paramètres qu’on ne maîtrise pas forcément est donc là effectivement c’est là où les problèmes de réplicabilité peuvent être peuvent être importants en tout cas de reproductibilité donc ça c’est le problème de repris de réplicabilité 6 a pas été vérifiée puisque le laboratoire est trop l’équipe est trop pressé depuis course à côté pervers donc ça c’est le côté pervers du système de la pression le problème de reproductibilité par contre ça ça peut être testé par tous les autres équipes concurrentes qui vont essayer de te et donc de tester six personnes a reproduit la manip sur le web le déviant et malgré tout un article moi je veux dire ok mais moi j’ai un article qui me dit que ça que ça guérit ça me suffit non alors justement alors évidemment ça me vous suffire ça peut vous suffire à eux qui vont sera rapportée en moins parlé tout à l’heure à votre fils d’ un article qui montre un lien entre vaccins et l’autisme et des gens ce vingt ans après ils reviennent toujours alors que alors on est donc comment faire alors c’est ça c’est le risque c’est le risque que alors évidemment dans ce cas là quand il ya des articles un peu qu’ils sentent pas bon comme vous venez de dire c’est que très souvent il ya un lobby qui est derrière alors ça peut être un lobby industriel à lobby religieux ou enfin tout type de lobby qui pousse qui finance évidemment un résultat unique et bien lication qu’on va faire dessus qui va avoir un impact 6,1 à un chercheur fait un art et un article unique qui est pas très sérieux mais qui communique tout de suite qui convoque tout de suite les journalistes et qui fait un communiqué de presse qui va se répandre dans le monde entier le ver est dans le fruit c’est il ya des cas comme ça c’est là on le temps de la recherche et le ton des médias il ya un hiatus qui fait qu’ on croit comprendre trop tôt en fait il faut du temps pour que les gens du métier puis voilà il faut déjà qu’il y ait vérification de la hong ap ap depuis 20 ans il est publié puis 20 ans et le déviant qui dirait le cancer et on a des gens qui veulent y croire et nous dans cette émission est bien là le thème est un peu technique mais on a des gens qui ne veut pas rentrer dans le coma comme on marche un public qui veut savoir comment j’évalue 6 et papiers là moi je veux lui faire confiance qu’est ce que je vais regarder dans le comment paris il est écrit pour voir s’il ya des indices comme quoi la revue et celui d’où pas parce que si jamais l’arctique était fowler vu leur est retirée a alors ça cela reçu dorée alors on peut déjà parler de la rétractation parce que la rétractation c’est un problème de plus il est quand même assez courant même si un pourcentage très faible des articles sont rétractés faut bien voir que même si on fait beaucoup de dates enfin il ya beaucoup de d’articles sur les problèmes de rétractation d’articles faut en fait ça reste quand même une minorité s’est 0,1 par rapport au mieux par rapport c’est enfin le mettons que un article alors pourquoi un article pourquoi il est rétracté parce que rétracter un article c’est dur pour l’éditeur c’est dur pour les scientifiques pourquoi ils rétracter d’abord parce que il n’a jamais pu être produit par par d’autres équipes en général ça l’aide on devient soupçonneux dans ces cas donc à ce moment là très souvent bas il ya des scientifiques qui font une note dans le dans la revue en question et qui de qui questionne l’éditeur en dix ans écoutez cet article la personne n’occupe vincent la lettre à l’éditeur ça un mode de vie qu’on peut publier des travaux de recherche où on peut écrire et l’éditeur a tout à fait une opinion tout à fait très souvent quand il ya un article un peu un peu visible qui sort immédiatement il peut y avoir des chercheurs qui vont essayer de reproduire qui ont une critique à faire ils vont tout de suite faire ce qu’on appelle une note à l’éditeur qui conteste qui peut même dire bah cet article là vraiment il ya quelque chose qui va pas du tout et c’est à ce moment là l’éditeur avant de publier cette cette note va contacter les auteurs de l’article incriminé qui va répondre et à ce moment là quand un moment l’éditeur dit bah voila je publie la critique et la réponse ça c’est quelque chose c’est un processus disons c’est c’est déjà une réaction immédiatement après la publication de l’article à ses anciens comme mode de fonctionnement doit hisser ancien sas et ça se développe évidemment de plus en plus mais c’est très ancien sas a toujours existé souvent c’est une critique pas forcément méchant tout une erreur de calcul ça peut arriver les erreurs de bonne foi il y en a tout le temps y compris y compris des très très grands scientifiques qui ont fait qu’ils ont fait des erreurs de bonne foi évidemment c’est corrigé rattraper la science avance bon alors il peut ya eu d’autres cas de figure un peu plus embêtant si vraiment c’est il ya vraiment un soupçon très fort de sa va pas du tout c’est pas clair on peut repérer même des déjà directement des résultats qui ont été falsifiés quelquefois quand c’est mal fait ça peut être père et vite il ya un quart et sort un cas ces récents comme ça partie 2 et l’émission des fraudes que voulait dire oui alors dans ce cas là carrément c’est il ya une enquête quand c’est vraiment très sérieux il peut y avoir une enquête sur ont alors là les halls et je crois que les experts peuvent être payés alors ça dépend du pays qui fait l’anc est souvent peut-être au mossad de l’enquète du coup là et comme il ya un besoin ce sont des procédures qui sont en tout cas particulière très spécifique ça arrive très rarement mais quand ça arrive il ya une enquête attendent en général quand il ya une enquête c’est pas sur un article c’est sûr du coup on commence à vérifier tous les autres articles et donc ça peut proche des procédures qui peuvent être très longues et à ce moment là le verdict qui tombe à 6 le si l’article est vraiment pas bon faut il va être rétractée alors c’est l’éditeur qui rétracte est il donc il ya une petite note en disant voilà on arrêterait rétracter cet article point telle ou telle raison que je vais jamais heureux dans la revue bretons mix g8 dans il ya un article qui parlait de l’âme que les mitochondries prouver l’existence de l’âme et s’est passé comme ça on se rend compte que à part deux phrases bizarre car les dames sans parler ni par ailleurs et les autres paragraphes été piqué d’un autre lot d’articles l’arctique et avait mis dedans vous avez parlé de l’armée au début à la fin et s’était passé dans une revue qui dans son petit milieu est assez forte pour tmx et c’est pas dégueulasse dans le napak et de 6,7 fin c’est pas énorme mais dans l’impact facteurs on passait ses skis mesure de la qualité entre guillemets une revue dans son écosystème d’un que une revue qui parle de cancer bon alors acte très fort parce que c’est parce qu’olivier beaucoup chercheurs et plus en vue qui parle de très spécial et donc c’est étonnant à quel point on a des choses alors ça c’est exemples que vous citez là c’était une faille du système le système n’a pas fonctionné un moment donné et c’est au moment de l’ expertise de l’article parlait par les pairs ça veut dire qu’ils n’ont pas bien faire leur travail parce que ils ont laissé passer quelque chose qui ne va pas et ça arrive ça arrive et quand un article comme ça passe alors donc la première étape à la pas marché et donc il ya une deuxième et a essayé cette fois ci la confrontation par les autres leur site c’est de s’être autre étape bas ne marche pas on n’arrive pas à reproduire on a détecté des fautes des erreurs et ses ébats à ce moment-là l’article peut être rétractée mais ce n’est pas toujours attractive et leur compte céder quand c’est dans des revues très visible sur des sujets très visible là où justement il ya de la compétition est bien en ce moment la sicile la rétractation et donc les revues sérieuse reste sérieuse parce que lorsqu’un une erreur elle a réparé entre guillemets oui donc général en scène une grande revue de médecine et lorsqu’un gros raté il le reconnaît si la tracts oui avec difficulté mais il irait très moi je mets donc malgré tout la question demeure c’est que là on parle de de revue sérieuse comment je peux distinguer si on me met sous le sous le nez un papier qui dit un truc je dîne york là l’histoire de la discipline mais le voilà telle molécule la télé fait donc tel produit est dangereux qu’est-ce que je dois chercher dans le papier qu’on me donne et pour finir la partie en deux minutes qu’est-ce que qu’est ce que tu as cherché pour être sûr que le bébé qu’on vienne c’est bien un tapis de science alors d’abord la revue ça je crois que c’est la revue alors la revue évidemment les revues sont classés par grands domaines disciplinaires et par un parent un facteur qui vaut ce qu’il vaut qui n’est pas bon d’ailleurs qui s’appelle l’ impact factor alors l’impact factor c’est le nombre moyen de citations qui a eu un article moyens les articles d’une revue pendant les deux dernières années c’est un très très très mauvais indice parce qu’en fait souvent les articles très très innovant il peut commencer à être cité au bout de 4-5 ans qui s’est vraiment très innovant les sites il ya des prix des des prix nobel qu’ils disent mais moi les articles pour lequel ou l’article pour lequel j’ai eu un prix nobel il n’a pas été cité pendant cinq ans il y compris par mois donc alors donc ça veut rien dire ne va pas soigner leur indice h correctement voilà voilà robin ya des tas de prix nobel qu’on a un 10 h très faible et ben non c’est son double chercheurs monsieur oui évidemment le comique élégant vous voulez vous qu’on concombre et vu la localité c’est pas un visage alors pour qu’on parlait de l’indicé rh alors sachez pas si tout le monde sait ce que c’est mais bon ça fait partie des indices bibliométriques qui servent à évaluer les chercheurs est ce qu’il ya un indice un bon indice est ce que c’est il faut alors les indices sont des indicateurs ça peut être les indices bibliométriques normes de publication et cetera nombre de citations c’est en fait très bien pour situer un organisme par exemple le cnrs par rapport à d’autres grandes institutions de recherche dans le monde par exemple comme le nombre de brevets déposés et c’est ça c’est bien pour oubien pour pour situer un laboratoire par rapport à un autre etc on s’est rendu compte que ça pouvait assez mauvais pour l’évaluation individuelle parce que c’est sicile et l’évaluation individuelle se fait sur des chiffres bien les chiffres ça se manipule ça se modifie sa se sont pas indépendants du chercheur vous pouvez vous arrangez pour augmenter votre votre efficacité si je prends le si on prend l’exemple des imaginons des policiers qui mettent des contraventions ils sont payés au nombre de contraventions eh ben ils en feront plus ça veut pas dire que les conducteurs sont de plus en plus défaillant fin simplement voyez bien que ces chiffres eux mêmes soit une rétroaction entre le chiffre et puis celui qui donc voilà on il n’y a pas un indice qui serait totalement fiable pour évaluer les gens voient là mais bon malgré tout c’est comme pour les cuit on n’a pas mieux on comprend le cuit pour dsk plus rapide et donc du coup donc un 10-1 la revue donc un papier voilà comment je sais c’est leur vie bonne s’envole bien parti lorsqu’il est dédié des revues qui sont pas forcément drôle et qui ont l’air sérieuses quoi voilà alors ça alors plus il est une catégorie je ne sais pas si la tension en parler ce qu’on appelle les revues prédatrice à fès et de ses marques et la revue prédatrice donc les bonnes revues d’abord je crois que si quelqu’un veut se renseigner sur un sujet particulier si vous avez accès à des bases de données par exemple google scholar tout le monde peut y avoir accès par qu’elle n’est pas un mauvais google scholar fait 101 ce que vous faites vp par mots-clés enfin on vous avez des articles qui sortent et puis vous avez le nombre de citations des articles un article est extrêmement cité c’est déjà un premier indice or s’il est récitée dans une revue qui a un très fort impact c’est déjà un premier indice que ça peut être très bon et réciter une trentaine c’est de dire eh bien si les six des trente fois ci les sites et début 2000 fois c’est c’est rare mais bon ça arrive mais le la voilà déjà ce sont des indices mais ça veut pas dire un article précité veut pas dire qu’il est pas faux ou qu’il ait pas qu’il est si bon que ça aurait une cité par exemple qui disent un cd merde ça pourrait alors c’est ça un article aussi très cité parce que il est attaquer attaquer c’est ça on est cité pour plus pour différentes raisons donc tout ça c’est une somme d’un disque qui vous dit que ben voilà c’est un peu être un bon travail mais finalement ce qui fait un bond un lion un travail de recherches sérieuses et par une publication c’est un ensemble de public la réponse est que enfin je crois mais c’est que si on vient avec un article mais un truc étonnant pour évaluer si l’article a une valeur il faudrait qu’ils aient d’autres articles dit la même chose en fait s’il ya un faisceau stylisme qu’ils utilisent pour faire avancer encore vrai que tout avec kiki seul accord s’il est tout seul dans son coin même si galilée et était génial et que personne ne l’a cru à l’époque ce qu’il faut il ya peu de chances que l’article soit géré le mec génial et qui se solda a pas raison et personne autour de tout le monde et or donc pour y évaluer c’est un article a de la valeur il faut voir si dans le contexte de littérature il ya d’autres articles disent la même chose mais si la même chose en tout cas qui confirme ou qui utilisent ces résultats vraiment innovant et pour avancer encore plus loin c’est comme ça que la science a avancé toute façon pas évident d’être capable de faire ce travail ou non c’est pas évident personnes aimaient y compris des scientifiques confirmés peut se tromper dans ces cas-là en jugeant ils peuvent avoir l’impression que ce travail est très innovant alors qu’il ya des problèmes de dents et on s’en rend compte au bout d’un certain temps donc qu’une question de temps pour se rendre donc la réponse est que c’est un peu un peu compliqué donc je dois maintenant c’est compliqué les gens et du matin que y’a pas de honte à pas y arriver très très bien on va faire la pause maintenant en retard on reviendra tout à l’heure on va parler bad et on a déjà évoqué des dégâts semblent revenir sur les problèmes actuels le système on ne l’a pas de mieux mais il ya des problèmes oui donc on va s’arrêter sur le fait que oui lady di les problèmes et donc il ya eu des gros ratés dans l’histoire et puis on fera une partie numéro trois sur le quai ce qu’on voit pointer comme solutions et des propositions qui arrivent pour pour changer le système donc la pose du bureau une on va vous présenter l’épisode 4 vous avez déjà vu de la minute sapiens qu’on n’avait pas présenté mais il était sorti en retard et puis on vous présente là où avant cela l’annnonce du prochain live qui se fera au mois de mai et je vous laisse découvrir de qui on invités voilà les missions tranchant life du mois de mai ce sera le 9 mai ce sera à la salle raugraff à nancy on parlera sur un style de fille sur la question des origines et on recevra et yannick là l’origine de l’univers l’origine du temps le régime du monde d’origine de la conscience de l’humain de tout plein de questions que se posent des philosophes et les scientifiques la philosophie et la science alors pour ce qui est des réponses on est passionné par les questions en tout cas on va parler avec et yannick l’un de ces question de pourquoi on se déposent comme on sait pose de l’histoire de la manière dont s’est posé ces questions et des réponses qu’on a cru bon d’apporter nous serons en public nous serons en direct ne seront au mois de mai on sera donc très heureux le 9 mai à 20h avec était née klein pour parler de la question des origines vu par la science pensez à partager l’info tronche en live 62 9 mai 2010huit 20 heures salle raugraff à nancy et heng lin sciences de points la question des origines [Musique] [Musique] [Musique] bonjour charest je m’appelle madika qu ensemble nous allons explorer des domaines aussi vastes qu’intrigant parler de sujets aussi sulfureux que corrosif aborder des thèmes qui divisent mais aussi qui rapproche avec toujours cette même volonté d’apprendre de découvrir de partager et développer bienvenue dans la minute sapiens [Musique] ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuves 10e clide c’est sans doute vrai on le sent bien quand c’est sans doute vrai mais il ya cette chose que disait saint-augustin qu’est-ce donc que le temps et si personne ne me le demande je le sais mais si on me le demande et que je veuille l’expliquer je ne le sais plus s’il en allait de même avec la preuve si je voulais prouver ici que la terre est ronde je trouverai des gens pour en être convaincu par aucun des arguments que je voudrais appeler preuve ces gens vous pouvez les croisés en quelques clics ainsi que d’autres qui croient que le moyen-âge n’a pas eu lieu ou que la science a trouvé un lien de causalité entre la vaccination et l’autisme c’est humain à certaines personnes dans certains contextes on ne peut rien prouver tenez vous par exemple si je vous dis que vous n’êtes en réalité qu’un cerveau dans un bocal brancher un super ordinateur vous recevez tous les influx nerveux qui vous donne vos sensations vous pouvez imaginer n’importe quelle expérience les résultats seront toujours compatibles avec l’hypothèse du bocal puisque l’ordinateur est expressément conçu pour vous donner l’illusion d’être dans un monde réel l’hypothèse est cohérente conforme aux faits vous n’avez objectivement aucun moyen de l’évacuer juste parce qu’elle est bizarre la physique quantique à des hypothèses bizarre que nous acceptons alors une affirmation extraordinaire requiert des preuves plus qu’ordinaire disait carl sagan le but n’est pas de vous prouver que vous êtes une cervelle qui baigne dans son jeu mais de convenir avec vous que vous n’avez pas la preuve du contraire et rien que ça c’est déjà difficile à avaler j’en vois certains là qui veulent protester c’est qu’ils ne sont pas d’accord et pourtant personne ne vous prouvera mais que le monde réel et les gens autour de vous existe cette existence vous l’accepter comme un axiome une donnée initiale admise pour vrai mais jamais démontré et c’est raisonnable je vous déconseille de douter trop sérieusement de la réalité du monde mais peut-être faut-il se montrait prudent quand on exige des preuves 1 sciences par exemple on aurait tort de penser qu’une preuve et sert à prouver quelque chose eh bien oui on parle de preuves scientifiques quand on réussit à éliminer toutes les explications alternatives une preuve c’est ce qu’ils réfutent ce qu’on croyait savoir que ou qu’on pouvait supposer l’explication qui survit c’est celle contre laquelle on n’a pas retrouvé de preuves ça implique que l’explication en question n’est pas forcément parfait mais ça vous le saviez déjà on en a parlé au sujet de la vérité dans la vie de tous les jours et même dans les laboratoires de pointe on s’arrange avec ce concert tout en acceptant qu’on n’a pas forcément la preuve totalement complètement ultime en définitive cela ne veut pas dire que la preuve est inutile au contraire prenez l’habitude de demander des preuves lorsque les gens prétendent savoir quelque chose surtout quand il se permet de vendre des produits des livres ou des conseils on n’est jamais trop prudent demandez toujours des preuves la preuve est la politesse élémentaire qu’on se doit disait paul valéry cependant pour les petites choses de la vie nous fonctionnons en tenant pour frais ce qui est le plus vraisemblable sans courir après l’épreuve c’est un peu le principe de la présomption d’innocence quand on a de bonnes raisons de supposer x et aucune preuve que x est faux alors on s’autorise à tenir x pour vrai et à agir en conséquence mais tout le monde devrait faire cela en gardant active une petite clause une note en bas de page dans le contrat qui dit jusqu’à preuve du contraire que coeur [Musique] jours calmez vous vous vous calmez tout de suite hein on n’est pas inquiété on n’est pas au cirque un calme et une émission sérieuse ici pintos science c’est un truc vachement sympa documentez vous renseignez vous partout en france y’a plein de villes où les gens vont dans un bar boivent peu d’alcool et écoutent beaucoup de science in times documentez vous hein c’est série peinte of sciences vas-y du mix et bien voilà bisous peut-être manière à faire un tour mais en tout cas on n’ira pas voir parce que nous on est sérieux donc c’est un système qui est perfectible oui on a la publication scientifique c’est la référence pour l’instant mais on a déjà évoqué les problèmes que parfois il ya une course à la publication qui fait qu’ on prend pas le temps que parfois on est des baby qui sortent et qu’il faut du temps avant de voir s’ils ont de la valeur parce qu’il faut que c’est sa réplique à halle il y avait eu ça avant un appel les effets tiroirs qui sont cet effet que bas en fonction de ce que je trouve ça je publie ces gens – tiroirs exactions on peut en parler un peu alors ça c’est un gros problème peut-être un des problèmes de la science actuelle c’est que on va publier des résultats positifs s’il ya des résultats négatifs ben on les publient pas alors que servant des résultats négatifs sont plus importants que des résultats positifs par exemple dans le domaine du conte est un médicament ça marche pas ou il ya des problèmes on va pas les publier parce que c’est négatif on va publier on a tendance à publier ce qui marche bien ce qui va avoir de l’impact ce qui va donc être les grandes revues scientifiques vont accepter plutôt des résultats positifs que des résultats négatifs donc ça le problème du résultat négatif qui peut faire avancer la science peut-être moins que des résultats positifs en tout cas qui peut la faire avancer ils ne sont pas publiés et quand on dit positif c’est pas qui c’est gentil ou méchant c’est qu’on avait une hypothèse il est peut-être un confrère elle est confirmée d’ailleurs en général c’est pratiquement toujours le cas l’objectif d’une des publications quand elles sortent c’est de confirmer une hypothèse peu armand imputé c’est le cas les rares et membré futé on a cette légende que j’ai inventé de chaque note chaque discipline il ya peut-être une manip qui marchent jamais personne ne publie jamais rien du coup on a refait tous les ans parce que personne ne court qu’à marche pas c’est le risque si jamais on n’a pas de revue qui s’intéressent à ce qu’on a des solutions par rapport à ça c’est difficile à dire parce que comme ils sont pas publiés j’ai bien une traçabilité qui est quand même très faible un peu ce qui est caché dans les tiroirs en général on n’y a pas vraiment accès alors quelques fois il peut y avoir des vieux problème qui ressurgissent des problèmes d justement des résultats négatifs qui ressurgit j’en ai pas en tête lance moi je sais qu’il y en a et puis bon bah finalement avec des instruments une instrumentation plus plus perfectionnés et bien on va on va avoir des dégâts possibles ici j’ai un exemple en tête finalement qui est très important c’est ce qu’il ya dans votre dans vos ordinateurs ce sont des voeux du porno pour l’heure on n’en est pas encore là on en est ce qui va permettre de la voir ce qu’ils aient mois le je parlais du bc de laine naturelle les microprocesseurs enfin tout ce qui comporte le l’essentiel de votre ordinateur et compris de vos iphone s’est basé sur des matériaux qui s’appelle des semi conducteurs 1 ce sont des sondés solide donc on arrive à contrôler on peut les utiliser pour faire des affaires toutes les technologies de l’information et de la communication comme les quais plein de choses pour communiquer plein de choses pour tout ça c’est basé sur des décès ce type de matériau et ses matériaux en fait ils s’étaient connus déjà depuis à peu près la fin du 19e siècle mais enfin le nom en tout cas semi conducteurs mais pendant très longtemps on n’y comprenait rien parce qu’aucune une expérience n’était reproductible vraiment reproductibles et leurs propriétés physiques n’était pas reproductible à tel point que d’être un très grand physicien wolfgang paoli spécialiste de reina musique antique prix nobel bien sûr a dit mais les semi conducteurs d’abord je n’y crois pas et en plus ça ne servira jamais à rien et bien dès qu’on aimerait prix pourquoi c’était pas reproductible c’est parce qu’ils sont sensibles à des impuretés des éléments chimiques en impuretés à l’échelle du milliardième de milliardième j’exagère un peu beaucoup l’un d’eux pour cent s’y pressent a baissé de 2% vers ses records donc une quantité infinitésimale qui était pas capable on n’était pas capable de mesurer à l’époque quand on a été capable de mesurer et de comprendre que c’étaient ses impuretés lac avait un rôle et qu’on a été capable de les éliminer et bien dès 1954 on est rentrés dans l’ère du silicium et ça a été le premier poste qu’on appelle les postes à transistor dont les gens appeler salle transistors le premier la première radio portable et ça a été grâce au fait que à des fins quand on a compris pourquoi des expériences étaient absolument pas reproductible et des matériaux avait l’air pourri alors qu’en fait ils avaient une subtilité il a fallu des années des années pour comprendre donc même les lézards d’aujourd’hui sont peut-être préfigure bien sûr tout à fait c’est pour ça qu’il est modeste sur ce qui n’est pas reproductible source de reproductibilité une source intrinsèque des paramètres mal contrôlé parce que le système les plus complexes que ce qu’on croit et puis il ya des causes qui sont dus à l’expérimentateur ça on en a parlé tout à l’heure pour quoi je serais moi donc voilà on a cet effet de bully question on est plus incités à publier des traces de tapoter que d’autres donc c’est vrai donc le système est biaisé par rapportent les échos on a d’autres problèmes qui on a évoqué le sérieux des revues on a des revues prestigieuses ou les erreurs sont graves quand elles arrivent mais qu’est ce qu’ils sont là on a des revues prestigieuses on ne m’a vraiment pas on a des revues après la triste mais ça on lançait enfin d’après mais du coup on avait un bagne de la fraude alors ça c’est un à la vraie frotte donc j’ai évoqué j’ai dit non on à andrew wakefield 20 ans c’était en 98 et wii puis c’est le monsieur parent qui est arrivée l’idée que les vaccins cause autisme avec une seule publication il a foutu la merde pendant un temps alors il faut voir ça c’est vraiment une histoire surtout que ça rebondit en ce moment et c’est terrible ça ça fait même intervenir les politiques enfin c’est un médecin anglais en 98 croix publie un article dans un dans une dans la revue la plus prestigieuse en médecine comme quoi le vaccin prêt resto le vaccin est un type de vaccin qui est le vaccin rer rougeole oreillons rubéole qu’on a tous eu plus ou moins et responsables de l’autisme on peut être responsables de l’autisme alors évidemment cet article est acceptée cirque il est passé par le système du périgord oui mais quand on voit l’article on voit qu’il n’aurait jamais dû passer dans une revue 6 juin la plus prestigieuse en médecine alors immédiatement après ce chercheur a convoqué les journalistes donc c’est ce que j’ai dit tout à l’heure publicité énorme première conséquence baisse de la vaccination en angleterre et un peu aux états unis mais pas en france la france n’a pas réagi à ça avec évidemment à ce que nous on parle pas anglais pourtant peut-être avec montée de des rougeoles des rougeoles méchante et puis évidemment des rougeoles mortelle il y en a eu il ya eu pas mal de cas dans à la suite de cet article alors ça on aurait pu se dire bah oui bon ok les gens le fait choisir entre l’autisme ou mourir de rougeole c’est quand même un choix qui est quand même délicat mais quelques années après il ya beaucoup de gens qui ont quand même que faut pas exagérer et vos meux vivent bon sans rentrer dans ce dans ce débat il ya première étape évidemment d’état de chercheurs essayent de reproduire ces résultats n’y arrive pas donc est ce qu’ils ont fait ils ont contacté cette revue prestigieuse en faisant part de leurs doutes et cette revue prestigieuse a fait une commission denquête un audit et à conclusion n’y a pas de problème bien passée c’était della sera c’est la version 2000 s’était donc calée en 2004 je crois donc 84 si ce n’est pas en six ans après six ans après ja c’est énorme le pain il faut alors évidemment les scientifiques continuent à douter à dire mais ça va pas ça marche pas on n’arrive pas et à ce moment là c’est l’équivalent de l’ordre des médecins en angleterre qui a un autre non plus compliqué qui lui a fait un audit et a conclu mais alors vraiment à une série de fraudes de mauvais comportements absolument ahurissant alors pour donner quelques uns ils ont vu d’abord que c’est une étude qui a été faite que sur 12 cas seulement quand vous allez faire des études en sait sur un panel de plus un paria au moins un fait ce palm dans la salle que douze cas c’est pas possible voilà il ya eu et c’est même étonnant que cette revue la et accepter un papier avec ses terres en 98 donc peut-être maintenant ils sont exigeants mais toujours est il sait ses enfants autistes l’ enquête a montré qu’il y en a trois qui n’étaient pas autiste qui en a cinq était autiste avant le vaccin enfin et c’est sans compter qu’il ya des problèmes d’éthique parce que ce médecin a fait subir à ses enfants des traitements très douloureux des ponctions lombaires des trucs comme ça donc il y avait vraiment un problème de qui était assez dramatique alors qu’est ce qui s’est passé et c’est là on pourrait s’imaginer c’est terminé l’article est rétracté mais il a été rétractées alors qu’il a été cité mille deux cents fois je crois il a été rétractées en 2001 en les 2000 2009 je crois quelque chose comme ça donc voyez c’est très longtemps après évidemment ce médecin a été viré de l’ordre des médecins anglais on aurait pu dire sa carrière est terminée n’a pas du tout ça valait que de commencer ça vient de commencer parce que on il a refait parler de lui en janvier 2010 est certes bien longtemps après il a été recruté par donald trump qui lui évidemment les messages dont ils axent vous voyez une halte run voilà bon on va rajouter en tout cas en tout cas il a été il a participé à la campagne de donald trump et en janvier dernier en janvier 2017 il était avec d’un à donald trump qui doit hanter vaccin évidemment les climato-sceptiques et plus ou moins créationnistes enfin bref il ya beaucoup de qualité klimato négationnistes oui plutôt nigma sceptiques en fait alors voilà donc alors on pourrait dire que c’est fini mais non pas du tout il ya eu en février donc un mois après en février 2010 est à bruxelles un verrou et fields voulait présenter son film il a fait un film contre la grèce 1 c’est vrai axe reste évidemment à bruxelles donc commission européenne invité par une députée française je vais pas dire qui est ce que c’est madame rivasi oui c’est ça on ne dira pas son nom madame rivasi la députée élue par des français valera passionnant ce serait la honte pour nous enfin bref donc donc ça continue alors il faut bien voir il faut bien voir que aussi en plus dans l’ enquête qu’avait fait le l’ordre des médecins anglais ils ont vu que les recherches de ce médecin était financée par un cabinet d’avocats américain qui travaillait pour à lobby anti vaccins ça veut dire déjà y avait conflit d’intérêts autrement dit alors aux amoureux des complots oh la la autrement dit cet article c’est un c’est vraiment une collection un concentré de tout ce qu’on peut faire de mauvais en sciences conflits d’intérêts travail bâclé truander enfin tous ont fait on peut tout imaginer la fraude c’est une vraie fraude mais on ya des fraudes avec moins que ça c’est vraiment un alors et ça continue parce qu’évidemment avec 7,7 polémique là qui ressurgit avec le fait qu’ on demande de faire 20 vaccins obligatoires immédiatement évidemment ça c’est remonté il ya beaucoup d’associations anti vaccins et en particulier il ya une association envoya de plusieurs associations dont une qui s’appelle je croise et autisme vaccination autisme je sais plus ce sont des parents qui attaque plusieurs associations qui attaquent d’aider des entreprises pharmaceutiques pour ça en disant que leur vaccin sont cause d’autisme autrement dit cet article qui frauduleux il continue à avoir d avoir des effets on en est donc actuellement c on en est encore là donc voyez que une fraude qui aurait pu être à la limite je veux dire dans les poubelles de la science et bien non elle a des conséquences énormes encore et on a en france à l’heure actuelle les gens ont plus confiance dans l’homéopathie que dans les vaccins et on peut lier directement cela à cette étude-là qui avait une panique oui c’est ça exactement juppé ya peut-être d’autres facteurs je ne sais pas assez mais en tout cas c’est le alors il peut y avoir évidemment dans tout temps tout médicament il ya ce qu’on appelle les effets secondaires on va pas pouvoir n’exempte pas nier qu’un vaccin peut avoir des décomptes des effets calendaires mais en tout cas la relation entre vaccin rer aux jeunes rayon rubéole et autisme tous ceux qui ont essayé de vérifier deux n’ont jamais réussi il ya une autre étude qui avait montré sur la france et non qu’ils avaient montré la même chose qu’ils avaient une incidence alors je crois que c’était en afrique sur les populations noires que effectivement vaccin pouvait produire de le responsable de cas d’autisme en fait il était montré que cet article était frauduleux et donc d’augmenter vous il ya des sites sceptiques vaccin informations et vous aurez des infos sur pas pourquoi ça on a aussi un autre cas on peut le site est vite fait le chaos bokata c’est étonnant c’est des résultats qui étaient extrêmement sexy comme invention je ne sais tu pas les passants bien vous allez me dire ce que c’est et puis et c’est lui après sa durée dépend des annonces a pas duré longtemps cependant être au contraire le cas le record le record du monde de détection comme un papier deux ans que deux d’accord alors c’est un cas leur faut voir le contexte et au japon au début des faits il ya quelques années il n’y a pas très longtemps c’était en 2000 très exactement le cas le japon est quand même pas l’égalité hommes femmes en science peut pas dire que ce soit à leur tasse de thé au japon qui ferait non plus chez nous un nom mais il ya du progrès il ya des progrès mais seulement à propos de dirait un truc tout à l’heure à propos de la fraude donc on est au japon il ya un institut très connu qui s’appelle l’institut riken qui est dirigée par un prix nobel de chimie très réputé de youri très respecté et donc en fait il a recruté une jeune japonaise que tu es tout jeune parce que l’été quand l’avez fait sa thèse entre le japon et les etats-unis medical school et donc qu’elle est recruté dans l’institut riken une vraie thèse à la règle devrait thèse avait une vraie thèse un vrai doctorat etc ou à les publier ah oui puis avec des publications donc elle est brillante potentiellement très bleu très brillante jeune brillante recrue théorique est né vient directement directrice d’un département et elle publie très rapidement avec évidemment alors ça c’est un autre problème plusieurs co auteur un art deux articles dans nature’s la revue la plus prestigieuse en 2014 janvier 2014 une lecture en classe 2 heures en fait en gros pour résumer montrer les laisser ce qu’on appelle élire aux cellules souches et les cellules pluripotentes serre vous prenez des cellules et puis vous vous arrangez pour que ces cellules puisse donner n’importe quel tissu après ultérieurement donc pour le tout ce qui est médecine régénérative c’est fabuleux et surtout que c’était par un processus très simple par des petits dit stress cellulaire ben voilà on arrivait à faire en sorte que cette cellule devienne une cellule pluripotente cirque ilya qui peut devenir n’importe quel type de cellules alors c’est évidemment elle est immédiatement j’ai cette v2 c’est devenu la coqueluche des journalistes mais dans le monde entier elle était interviewé même pour savoir quelle il ya même des articles dans les dents les people pour savoir quel quels vêtements et portait un casque mais on gère bien la blouse quelque chose de vraiment c’est une star quoi c’était vraiment la foule est très rapidement évidemment vu le potentiel it et de cette découverte évidemment il ya beaucoup de laboratoires qui ont essayé de reproduire évidemment ça ne marchait absolument pas et ça il la suit quelques mois pour ça donc évidemment il contacte les rennais revue nature écoutez là ça va pas du tout personne ne reproduit il arrive à notre problème c’est que déjà il y avait des rives you were donc des experts quand il avait expertisé les articles avaient émis des doutes mais la revue trouvé ça tellement sud tellement tellement tellement fantastique qui n’a pas tenu et n’a pas tenu compte des pratiques des failles dans le système c’est la première fois qu’il y avait une alerte qui n’a pas été l’équipe qui n’a pas été voilà et donc il a été facile très rapidement montré que des photos était fal’cie des images étaient falsifiés elle avait même pris certaines images de synthèse aux états unis quelques années avant qui était sur un sujet complètement différent fin il y avait des trucs de la vraie fraude la vraie fraude alors donc ça c’est quelques mois c’était très rapide évidemment nous youri très respectable directeur de l’institut qui a donné l’ordre de vérifier donné quelques mois pour prouver que valent ces résultats étaient bons évidemment elle a pas réussi donc elle a fini par avouer sa faute là au japon c’est le pauvre know you really envoie des photos ils n’arrêtent pas de se courber pour s’excuser etc mais le problème c’est que le supérieur hiérarchique de cette jeune fille qui s’appelle ogata il s’est suicidé s’est pendu dans son bureau en disant quand on ne peut pas vivre dans l’honneur on meurt dans l’honneur et donc ça a été terrible parce que en fait ces deux articles étaient quand même une fraude ridicule mais uniquement la soif de gloire s’était elle avait 30 ans elle était à 30 ans elle était déjà directrice d’un d’un département c’était cette soif de gloire qui lui a fait faire n’importe quoi et donc ça a quand même été la mort d’un scientifique très respectable qui en détaille le fait que cette affaire là on en parle c indique que c’est rare que c’est choquant donc en creux je me fais l’avocat diable est ce que ça peut pas dire que le système marche bien parce que ces cas là sont rares alors aucun système n’est perfectible n’est parfait part ça on a on a été corrigé c’est bien ça personne ne doit voir ses biens n’ont aucun s’estime a aucun système n’est parfait mais alors maintenant ils commencent à avoir des enquêtes de grande ampleur ça c’est grâce aux moyens informatiques et ça c’est un peu inquiétant il ya une enquête qui date d’il ya quelques années il ya des articles qui sont rétractés pour différentes causes enfin il ya trois principales causes de rétractation l’erreur l’erreur de bonne foi mais l’erreur voilà une erreur la fraude et le plagiat sa c3 cause de rétractation agissait pas fraude ça c’est catégorique dans les catégories de fraude afin de séparer s’est séparé le plagiat du courant le plagiat et les courants il est séparé de la fraude parce que la fraude ça peut être une invention d’une invention ou une falsification de données un accord tandis que le plagiat ça peut être le basset europe là j des bons résultats mais fait par d’autres sans les citer voilà c’est ça le plagiat donc ce sont des causes de rétractation il ya une enquête qui a été fait sur 58 pays pour des articles rétracter dans les revues les plus prestigieuses alors c’est saillantes snatcher bns elle enfin bondé vous connaissez peut-être pas toutes ces revues mais des revues ultra prestigieuse et donc c’est là c’est impressionnant parce que ils ont classé les causes de rétractation en trois catégories donc erreurs de bonne foi un plagiat donc fraude plagiat et auto plagiat parce que l’auto plagiat c’est encore autre chose l’auto plagiat c’est quand on reproduit ses propres ou en fait on fait deux fois la même publication en changeant le titre ou mais tout le reste est identique ça c’est de l’auto plagiat c’était le plus courant des ça dépend des pays alors justement ce qui est intéressant enfin il ya plusieurs choses qui sont intéressants d’abord ça augmente les rétractations pour cause de fraudes augmentent mais augmente dramatiquement ça c’est la première quand le premier constat d’autre part tous les pays sont pas égaux lot en fait si on regarde les retraites les rétractations pour fraude sur 58 pays les trois-quarts de rétractation pour fraude sont dus à quatre pays est ce que vous savez lesquelles on les cite moi j’étais pas deviné je vais oser chine ouais mais c’est pas les bleesés pas les plus forts et les peurs nos états unis etats unis ont un là comme japon japon chine allemagne est bas et c’est pour ça que j’ai posé la question c’est qu’on s’attend pas à ce que les allemands seulement quand même j’ai déjà ordonné on peut faire confiance alors les français la france là dedans n’est même pas dans le caillou même pas dans le bruit de fond on n’est même pas dans les moments ça va en gros tu t’en vas voilà donc mais pour l’instant tension pour l’instant donc donc il ya des pays qui sont baissées c’est à cause de la pression pour publier donc publié vite publié mal donc on publie des voix là et c’est la france a été épargnée par ça pendant sa mère est vraiment aussi celle où ça augmente chez nous alors il ya le plagiat le plagiat alors c’est toujours pareil les pays alors les pays plagiaire il n’ya pas l’allemagne du tout l’allemagne est pas mais il ya les etats-unis toujours mais il ya la chine l’inde la corée du la corée du sud les pays pour lequel les chercheurs sont très bien rémunérés et sont rémunérés en fonction du nombre de publications et c’est surtout la chine donc ça c’est un un pouce à la fraude qui est terrible donc en fait et la france dans le plagiat elle et elle est très faible elle est à la même hauteur que le gabon c’est pas trés c’est pas très élevé mais on est quand même alors que l’allemagne n’est pas un n’est pas citée pour le plagiat l’auto peut agir on n’y est pas non plus il ya plein d’autres il ya plein d’autres pays donc c’est pour expliquer que maintenant on commence à avoir d’affaires des analyses de grande ampleur et on s’aperçoit qu’il ya des pays qui sont spécialistes de ces problèmes-là des rétractations pour cause de fraude mais il faut bien voir la cause c’est pas que les américains sont plus malhonnêtes que les français par exemple une cause essentialiste voilà des raisons intrinsèques et commercialement on n’imagine pas c’est le contexte dans lequel il crée le contexte où cette pression peut saper on s’aperçoit que en fait les causes les facteurs fraudogène joli mot alors on le retient le contexte fraudogène contexte trop de gêne il ya d’abord le fait que de plus en plus alors avant je vais prendre le cas idéal d’un monde idéal qui était un peu le cas de la france d’ailleurs il y a il ya vingt ans les chercheurs avaient un poste permanent j’ai une bêtise en lorraine les crises y avait ce qu’on appelle des crédits récurrents s’il fallait pas se sentent passer son temps à faire des projets pour avoir de l’argent il n’y avait pas une l’évaluation était une évaluation qualitative c’était sur la qualité globale du travail mais pas sur le quantitatif pas sur la bibliométrie et en fait on se rend compte que les états unis qui avec le public or perish nous publions crève le fait qu’il fallait faut faire des projets pour avoir de l’argent et cetera et cetera où les postes sont pas permanents on est un poste permanent que longtemps après le début de carrière voilà donc voilà ça c’est ça pousse ça pousse à la fraude l’allemagne un peu ce système là les anglo saxons en gros et la france maintenant et bien malheureusement on commence à rentrer dans ce système là on est encore épargnée mais c’est évidemment c’est assez lent mais je pense qu’on va y arriver parce que hein on passe pratiquement tout notre temps à chercher de l’argent maintenant l’état de pas grand chose moi je passe une perte de mon temps à faire des projets etc on évalue les projets des autres donc on passe on entend aussi avec de plus en plus à évaluer beaucoup de postes de chercheurs maintenant son pesson sont précaires les post doc a cumulé les post doc c’était la voilà donc à ça et puis l’évaluation se fait par la bibliométrie beaucoup on compte le nombre de publications les indices d’impact etc le nombre de citations et c’est donc ça ça pousse et donc la france est venue tardivement là dedans mais je pense qu’elle y rentre bien et on a quelques cas c’est sérieux qui sont apparus ces dernières années et qui mais on n’est pas on est très loin de rattraper notre pays mais je pense qu’on donc c’est les aspects parce que donc on parlait en venant ici pour l’émission que le fonctionnement maintenant où il faut chercher de l’argent pour entendre mais légitimé son travail de recherche pour ne plus arroser le sable ça peut avoir des bons côtés d’axa force les gens à ne pas gaspiller de l’argent oui mais le groupe est négatif c’est du coup la pression va amplifier certains types de voile assez sarrebourg en fait je ne critique pas le système où il faut faire des projets de retrouver ses propres financements la limite c’est un travail sain mais si on prend de l’âge ans de financement de la en france c’est l’agencé nationale pour la recherche le taux de sélection le taux de réussite des projets conçus mais il est quand même très faible il est autour de 10 % 10 % c’est pas un requin neuf personnes qui ont passé des semaines à rédiger un truc c’est sain payer à rédiger un truc qui servira à rien ah bah oui non mais c’est pire et puis parce que quand vous êtes eu des les projets ce sont expertisées par des experts français et étrangers mais dans ces projets quand on soumet des projets alors je critique pas l’ agence intérêt pour la recherche je critique le principe où il faut faire des dossiers très épais où on dit ce qu’on va faire quand comment enfin ce qu’on va trouver quand on va le trouver comment on va le trouver jamais aucune recherche aucune découverte n’a été fait comme ça mais en plus on donne tous les détails parce que pour prouver que c’est faisable faut montrer qu’on a déjà des résultats oui et bien les experts étrangers et peuvent très bien par les étrangers ou français peuvent refuser le projet est de récupérer autrement dit la plus une des plus grosse source de fuites d’idées ce sont ses ss et les agences de financement et les commence ay ay ay ay des cerveaux parce que les gens n’ont pas de poste alors ça c’est autre chose lui décerna mais pour la suite des idées à la limite peut-être plus grave que je pense presque la fuite des cerveaux et dans les deux sens faut bien voir que le cnrs lui même à peu près 30% des chercheurs ces restes sont étrangers donc ça veut dire qu’elle reste pardon est ce qu il reste alors c’est très difficile pour des étrangers de rester mais quant à l’or il ya un moyen je l’avais déjà vu vécu personnellement c’est d’épouser une française ou pour une française une démarche et un français ou bien ça les incite un peu à rester à tout le monde que vous et tout mon match surtout son prix alors le nom mais ça c’est je connais un ou deux cas comme ça et un peu plus même et puis c’est ce qui est très difficile pour les étrangers c’est de comprendre le système français l’administration française c’est très dur pour les cm2 quand c’est déjà très dur mais alors pour les étrangers c’est absolument c’est une erreur voilà c’est une horreur ce qui peut les admirer par contre si la téci décroche un poste au cnrs ou un poste de prof dans une université c’est un poste pérenne et ça ça attire encore des chercheurs étrangers même des très bons chercheurs étrangers c’est le en dehors de l’application mais il ya des très bons laboratoires en france donc là aussi la qualité de la recherche qui s’y femmes et les messages mais du coup on a quand même dans la publication le problème peut-être le plus important c’est que pour publier un article il faut passer par un éditeur et les éditeurs scientifiques je vais dire un mot scandaleux ça ressemble à la mafia je suis mon moi moi je dit pas c’est que nous n’aurons mais je suis fou mais voilà donc donc puisque vous êtes d’accord avec ça comment on peut expliquer le problème où les problèmes de licence et vic tel qu’il fonctionne depuis 50 ans 40 ans 30 ans ou en cinq set commençait déjà même avant la seconde guerre mondiale je savais très longtemps dans les problèmes et c’est de pire en pire alors en fait le nombre de revues scientifiques de deux journaux scientifiques augmente augmente parce que deux mondes le chercheur augmente le nombre de spécialités d’une plus en plus pointues donc il ya des éditeurs des maisons d’édition qui se sont spécialisés ce sont des gros consortium en fait pratiquement tous les toutes les grandes publications des grands avec des grands journaux sont entre les mains de quatre grands éditeurs jarring heures springer et le lire wiley puis je suis pleinement toujours à l’autre où il en manque un je sais plus enfin bref et donc qui font qu’ils rackettent en fait en quelque sorte les et les établissements parce que faut bien voir que les coûts des abonnements parce qu’ils vont vous presser un peu comme les chaînes de télé on va vous proposer un bouquet et qu’est-ce combien de chaînes vous regardez quand vous avez un bouquet d’une centaine de chaînes en fait on a regardé trois ou quatre maximum un accord va là c’est pareil ils vont vous imposer d un nombre de revues importante de journaux importants vous pouvez quand même choisir des bouquets m’enfin bref et le coût des abonnements augmente de 10 à 15% par an donc ça devient quelque chose de ça devient un véritable racket sont des sommes énormes alors que l’investissement de leur côté le coup autrefois les revues il vous envoyé les papiers comme vous receviez par courrier le machin il y avait une mise en page vous rêvez une impression et il y avait un coût pour l’objet de la revue qu’il était important maintenant vous falloir maintenant on fait comme soi même donc ça leur coûte beaucoup moins cher mais continue d’augmenter les tarifs oui et le non le chiffre d’affaires des maisons d’édition scientifique c’est c’est colossal je crois que ça correspond à 13 milliards d’euros par an 1 c’est quelque chose d’énorme pour payer des post doc avec 16 milliards par an alors le problème donc donc ça monte alors il ya une conséquence le problème de et c’est là c’est un peu toute la suite le gros problème de c2c ces journaux qui sont achetés par les bibliothèques des universités par les organismes de recherche c’est que ben ne peuvent avoir accès que ceux qui sont dans ces organismes dans ses universités favre un contre il faut avoir son content d’avoir un droit d’accès excellent ce qui veut dire que le grand public après tout le bas toute la population ben je veux dire elle a de la chance si elle peut avoir accès à ces articles donc il ya un problème d’accès du coup il ya un autre modèle économique qui s’est créée à partir des années 2000 où un peu avant celle revu en accès libre s’appelle l’open access ça veut dire cette fois ci tout le monde peut y avoir accès mais il faut bien que quelqu’un paye alors dans ce cas là maintenant alors s’il ya des archives ouvertes on a quelques unes ou là ça coûte rien sont des sociétés savantes qui s’en occupent mais ce qui se développe le vraiment beaucoup c’est ce qu’on appelle l’accès de les open access donc les revues en accès libre mais dans ce cas là ce sont les scientifiques qui payent pour publier dans cet article dans ce dans ce journal là donc ça coûte entre 500 et 1000 $ par exemple pour un article qu’elle croit plus donc on fait le boulot on paye arrêté bien le truc un clic et ont fait le boulot on paye boisé de délit vous un pot avec vos impôts comprendre votre poche on va payer des chercheurs qui foutent rien n’en ont pas des chercheurs égyptiens ils font la recherche ou après il passe du temps à écrire ils vont écrire et ils vont donc pour mettre l’axé alors ça c’est quand même noble de pouvoir rendre accessible à tout le monde les résultats de la recherche on va payer pour pour publier dans tes le jeu dans ce journal qui sera en accès libre immédiatement ça c’est très bien la limite personne ne conteste ce système là mais ça rapporte tellement d’argent aux éditeurs que du coup se sont créés ce qu’on appelle les ré les revues prédatrice les revues prédatrice en fait cédé revu leur vie dans toutes les revues bonne revue en open access et y en a beaucoup et bien évidemment c’est toujours le ce système de deux expertises par les pairs dont on examine les on examine très sérieusement les articles avant de les publier mais à ce que les revues prédatrice en fait c’est des revues où il n’y a même pas de comité éditorial les articles sont pas expertisés il suit payer puis ça sort alors évidemment ils ont des noms prestigieux c’est très difficile de les repérer il s’appelle souvent british journal of je sais pas quoi ou american review of ils ont rien d’américain ont rien en anglais il suffit d’avoir une adresse ip aux états unis pour dire que pour avoir le droit d’écrire américain il va aussi sur place et ils sont pas sur place en fédérale ce sont des indiens des chinois a quand même des tas de ou des coréens c’est actuellement toutes les revues prédatrice son âtre à 80 je suis pas 15 puisque 95% dans ces pays d’extrême orient c’est pas gentil voilà c’est comme ça c’est parce que en fait tout simplement la science se développe tellement rapidement dans ces pays là que les dérives se développe aussi vite et alors c’est encore pire que ça parce que les revues prédatrice ça veut dire que n’importe quelle bêtise il ya des canulars fantastique comme ça dans les dents publié dans les rues prédatrice on est tous les chercheurs sont sollicités massue sollicité en permanence mais comme mes collègues pour publier dans une revue ou pour être pour être éditeur associé de ces revues dont le nom soit mais pourquoi la série prestigieuse offre il rajoute votre montre vous demander non j’ai jamais vu ça arrive et ça arrive c’est arrivé à certains ou donc voilà on vous offre d’être d’être éditeur associé dans cette dentelle revue alors que cette revue là et je suis regardé sur internet l’éditeur 6 et hindawi par exemple ces indiens c’est pourri s’étaient revus prédatrice enfin et c’est donc donc ça s’est perdu c’est pernicieux alors il ya des canulars fabuleux j’ai juste en citer un parce qu’il m’a beaucoup amusé justement il ya beaucoup de chercheurs sont sollicités harceler même pour être pour publier dans des revues pour être éditeur de ces revues à il y avait un australien qui voulait dire mais retirer moi de votre mairie de nice y en a marre ah c’est vrai donc en général on dit get me off your mailing-list en anglais ça veut dire ben s’il vous plaît s’il vous plaît marc et moi de votre foutu e mailing list est alors au lieu d’envoyer un mail on rageur il a décidé de décrire ça sous forme de publication le lit de la publication guette nioc d’ethnie of your mcginnis et tout l’abstract introduction j’ai tout lu c’est passionnant c’est que ça que get me off your l’église jusqu’au bout mes références des articles ouais même les figures cd figurent parce que c’est un article d’informatique get me up your mailing-list écrit de manière artistique avec steria et l’article a été acceptée voilà maintenant qui veut dire qu’il ya un ordinateur qui l’a reçue qu’a reçue enfin voilà ou alors ils sont vraiment de l’humour on dit ça on va parler de nous et mais c’était bien d’autres canular bon il ya le cas de l’inde de sokal vous renvoie où c’est la plus vieux que vous tapez se cale sa un des plus connus sa fille qu’est ce qui se passe à l’aide vient trouver le l’article avec kate moss chauffage c’est un grave comme ça avec dédé avec kate mis au duo funky mais ça on peut lire le parcours et ça c’est la feyssine de figure le message et c’est étonnant c’est un droit mais ça montre un peu la qualité de ces il ya des chercheurs vraiment respectable qui se sont fait piéger qu’ils l’ont avoué d’ailleurs récemment désole me suis fait piéger par cette revue moi je vais passer un truc sur les musiques lorient qui était publié par une revue il ya des revues en maths qui sont fait avoir mais initialement au départ on s’est beaucoup moqué des revues en sciences humaines parce qu’ils ont un charabia dans ce cas-là commencer par ça et on se rend compte que ben il n’y a pas que chez eux n’a dans la science dure entre guillemets il ya aussi des revues comme ceux qui étaient passés les jours mais au delà des revues voilà pris quelques voulait poser comme question on a les cannes mais là on a les élites du coup on a cessé ce gouffre financier voilà moi et moi je vous propose un truc donc j’ai cru que c’était ce que je vais faire était légale je vais vous donner l’adresse d’un site totalement illégal qui va s à y prendre w il change tout le temps parce qu’ils sont bloqués on sai ob point ce que vous voulez vous vous cherchez c’est un site russe totalement illégal qui piratent des comptes les universités américaines pour avoir accès aux revues de manière à ce que ce qui devrait être accessible à tout le monde le soit pour de vrai dans ce que j’aime faire là peut-être que je serais condamné pour ça il ya libyen les essais libres la cbc plus vivable lassé des revues scientifiques qui sont censés les chercheurs la des revues financé par l’argent public c’est colossal alors ça dépend des disciplines ça aussi c’est ici on prend la physique théorique c’est automatiquement financé par l’argent public c’est la physique des hautes énergies etc il ya des domaines l’ingénierie des domaines de l’ingénierie qui seront financés avec notre parti parce que ça intéresse directement le actions parlent enfin bon mais là j’ai très bien géré activement comme après avoue qu’il n’est pas normal que vous a dit l’europe doit appartenir à celui qui finance tout afin qu’ils finalement que ces sanctions les contribuables et donc il ya une pétition qui est menacé par le cnrs enfin pas par un laboratoire cinerea ce juillet le new qui s’en prend à springer à sebring heures à a tellement augmenté le tout le cnrs et print en conflit avec springer voilà donc le sénat à partir du 1er avril donc ses deux filles on n’a plus accès aux revues stringer donc évidemment ils savent mieux que moi qui peuvent avoir accès highside points c’est vrai pour avoir accès à ça et le problème c’est que c’est normal que vous ayez vous un accès à ces résultats qui n’est réellement si l’éthique de la science on a le libre partage des résultats une terrifiante colle tout à fait mais c’est assez difficile à respecter parce que d’abord il ya un nombre de dents je me fais engueuler par l’enjeu risque qui est colossal et puis a toujours ce problème de compréhension mais ne peut en fait les articles scientifiques tels qu’ils sont rédigées tels qu’ils sont écrits sont avant tout compréhensible par les pairs parler les collègues du même domaine et c’est vrai que il ya il faut un écran super stade supplémentaire pour que ce soit vraiment accessible au grand public alors il ya quand même différent différents moyens il ya les revues ben quand vous achetez dans les kiosques qui sont des bonne digestion souvent très excellente digestion de travaux faits par des scientifique quelquefois des digestions plus mauvaise et des incompréhensions quelquefois il ya les congrès les conférences grand public je crois que ces deux wc un devoir de c’est un devoir de de pouvoir rendre accessible de certaines recherches au grand public il ya aussi maintenant c’est une obligation quand on est financé par des fonds européens ou bien même par l’ agence nationale pour la recherche il ya une clause comme quoi qu’est ce que vous allez faire pour rendre accessible le vos recherches vous résultats recherche au grand public donc c’est une obligation morale est de plus en plus maintenant les scientifiques se sentent obligés de le faire et d’ailleurs le font avec joie une conférence grand public c’est toujours souvent c’est toujours très agréable tu viendra parler j’adore je voulais juste dire que si jamais il fallait nous attaquer ce serait bien de faire personnellement contre eux donneraient pas contre ce texte parce que les plus solvables que l’association merci moi je voulais par rapport à par rapport à sa compagnie malheureusement tout n’est pas forcément trouvable mais si jamais vous entendez parler d’un article ou que vous voyez dans google scholar et qui nous intéresse on pense pas tous à le fermer c’est très très souvent les chercheurs si vous leur écrivait leurs adresses sont trouvables très facilement sur internet en général bien souvent si vous leur écrivait que vous leur demandez l’article vous l’envoie en fait c’est qu’il ya plusieurs articles mois que j’ai eus que j’ai comme ça quoi oui bien sûr ainsi l’article date d’il ya cinq ans et que le post doc est parti et qu’il était le moteur 20 parfois la crainte d’être un petit peu si on n’a pas accès directement le seesus ce parce que le laboratoire ou hulu ou le post doc a travaillé à toujours sait tous où ces articles là maintenant et bon vous pouvez tous retrouvés mais c’est pas le travail des chercheurs d’un moment de répondre au mail pour envoyer leur truc c’est pour ça qu’on a inventé les éditions c’était pour publier on est souvent enfin maintenant oui il ya des réseaux sociaux scientifiques où il ya des échanges de partage de données la note plan il est complètement aux fraises parce que niveau timing on n’est pas dans du coup on va dire qu’on est déjà dans la partie 3 parce qu’il était à 22h05 et qu’on aimerait avoir dix minutes donc on va conclure avec ça vous avez parlé du rôle des réseaux sociaux donc dans la manière dont maintenant ça fonctionne tant qu’ on a de plus en plus d’organisations d’aidé chercheurs entre eux dans des réseaux sociaux et numériques voilà alors il ya de plus en plus de réseaux sociaux scientifiques qui se développe alors en bien et en mal comme tout ce qui se développe par exemple des plateformes jean reasearch gates a sert à partager justement des données à un chercheur qui n’a pas les moyens parce que son université n’a pas les moyens de se payer telle revue ben ils vous demandent directement mais voilà je voudrais avoir votre votre article vous lui envoyez on envoie les anneaux articles comme ça voilà donc ça c’est très bien alors il ya d’autres réseaux sociaux plus subtile il y en a un qui s’est créée il ya quelques années alors je sais puis quand que s’appelle pub pire que pire c’est un peu la vie jusqu’à présent une publication c’est une fin en soi on publiait une fois que c’est publié on continuait dans le domaine où on passe à autre chose devrait quelque chose comme ça mais maintenant ce sont des analyses par cette plateforme de discussion des publications elle-même alors soit ce sont des discussions souvent passionnantes un des chercheurs qui critique qui même quelquefois les rives you were de l’art de l’arctique discute avec des dotations des forums de discussion et quelquefois aussi c’est un moyen pour dénoncer pour repérer des articles frauduleux des suspicions voilà c’est cet article il ya des figures qui ont été manipulés c’est très souvent le cas en biologie c’est malheureusement il ya arrêter de le pointer de vous parler de fraude ainsi inquiétant des manipulations d’imagés enfin très souvent comme ça et alors donc à un cadre il ya des cas de fraude assez récent france est quelqu’un de très brefs alors il est passé à la télé non non donc c’est passé rallye non alors j’ai dit son nom bon mais c’est passé rallye dunes gros d’à côté mais cette donnée prend la vie des moines il est il est moins connu du grand public parce qu’il s’est pas étalé dans le c’est un vrai scientifique un très bon scientifique mais mais il ya eu vraiment des problèmes il a tous les jeunes brillants académie des sciences tous les grands prix internationaux enfin quelqu’un de très bien donc on ne soupçonnerait pas et même l’un voilà mais quelqu’un il ya une chercheuse américaine qui juste avant de partir en retraite elle avait review v2 de ces articles qui de la tête je sais pas quand et donc alors je connais pas l’histoire dans tous les détails mais enfin en gros ça c’est vu comme ça donc bombe a trouvé un truc bizarre dans un article donc et demande de le refuser ce que font souvent des dérives you’ve heard article est donc cet article a été soumis à un autre dans un autre revue et il se trouve que l’art l’autre revue a demandé à cette dame est percé deux sas et malgré le oui et il s’est rendu compte qu entre la première version est la deuxième il y avait des problèmes de manipulation donc les données avaient été manipulées entre les deux versions voilà ou plutôt les images enfin c’est plus compliqué plus complexes donc c’était pas honnête moi c’était pour eux n’est de toute façon c’est et poneys et ils refusent d’articles à la en disant pourquoi enfin les refuse d’articles et puis l’article le voit quelques après qu’il ait publié dans le que l’éditeur la revue n’a pas tenu compte de ces remarques donc il s’est passé des années des années juste avant de partir en retraite il s’est créé d’ailleurs il ya eu ce réseau de ce réseau peuple qui s’appelle peu pire ce ce réseau social scientifique et donc elle a dénoncé l a dit bah voilà cet article ou ses articles voilà il ya des problèmes et du coup bas et une enquête il ya deux d’ailleurs il ya deux il ya le cnrs café une enquête est également le th de zurich quand même qui a fait de son côté une enquête évidemment ça a été assez accablant donc il ya une sanction alors n’est pas mis en doute le fait que les résultats sont des bons résultats attention forme c’est pas d’une fraude d’une invention ne s’est pas des inventions de donner des manipulations de données cd manipulation de résultats de ce fait partie de la zone ultra grise qui peut y avoir alors donc il ya une sanction une sanction sévère du cnrs pas sanctionné par les suisses mais bon enfin voilà donc ça veut dire que grâce à ce réseau social un cas de manquement à l’intégrité scientifique a été détectée ci avait pas ce réseau social c’est vrai de quoi la recherche en gros c’est d’écouter de la physiologie végétale c’était bien j’avais entendu parler de ça mais c’était quelque chose qui était vraiment un impact énorme donc bon donc on a on a maintenant ce système où les gens peuvent faire des délations alors manuellement via d’anonymat et qui dit anonyme a dit règlement de compte c’est donc c’est un système qui peut être vertueux mais qu’en même temps on peut alimenter des comores temps donc c’est le temps dira c’est l’usagé on est positif ou négatif enfin tout à fait en tout cas c’est une voix transformation du système actuel vers ça veut dire deux mots ce que le voleur qu’il est du pré enregistrement préenregistrés tacler ont pris enregistre protocole dans une étude les garanties les publier alors ça c’est souvent dans les sillons de m vivent les acquis voilà c’est ça oui alors donc ça c’est un bon une procession une procédure c’est alors d’abord il ya le problème des données parce que je crois qu’il faut ce problème est plus vaste que sa sacoche me on dépassera non parce qu’il ya les données et ce qui en fait c’est la partie principale des données doivent être fiables parce que un article finalement n’est qu’une belle histoire on essaye d’ordonner dents parce que les revues les journaux disent bah voilà vous avez entre quatre pages et huit pages pour dire raconter toute votre histoire il faut que ce soit conclusion nette protocole net résultat net et c’est donc en fait c’est là où il ya un problème c’est que d’abord on parle pas des résultats négatifs alors il faut qu’il y ait une avancée mais très souvent tout où le tout de la clé du problème et dans les données des données de départ il ya des disciplines où il ya peu de données et finalement il ya des expériences compliquée mais qui finissent par se termine par peu de données il ya d’autres disciplines où il ya un nombre colossal de données en astrophysique vous récoltez des millions de données d’un coup mais le gym triologie mix voilà en biologie des quantités énormes de données et ses données cc c’est elle qui sont la clé du problème parce que des données peuvent être manipulées peuvent être transformés peuvent être on peut faire une sélection de données qui nous intéresse il peut y avoir des tas de donc en fait l’axé ce qui est important c’est l’accès des données l’accès des données à tous les à toute la communauté scientifique ou même n’importe qui pour pouvoir les utiliser les vérifier les analyser ou même en faire une autre utilisation 1 parce que tu peux y avoir quelquefois des données anciennes si elles sont revus avec par exemple avec sur la base de théories nouvelles ou avec des moyens informatiques nouveau et peuvent être l’analyse qui en est faite est peut être différente c’est la base des méta-analyses alors c’est pas les méta-analyses mais c’est plutôt l’inversé qu’on est à la base on est homo en amont du processus de bien avant la publication et bien avant même l’analyse dès le début des données des données et donc est donc on parlait du pré enregistrement du pkk est un moyen qui permet que les gens parce que voilà un enregistrement daté toi là c’est que on pourrait dire moi je fais ma petite manip et je vais intoxiqué 30 souris pour voir si mon produit est dangereux mais ne marche pas je vais si je rajoute 10 ou 20 et bien abandonnés fournée 96 et mes données marche craque je m’arrête et je publie parce que statistiquement cela deviendra ce coup là comme je me suis pas engagé à faire sur 100 souris je m’arrête à 4,18 parce que là je sais que ça marche et si j’avais de plus peut-être que mes données marcheront plus donc c’est ce qu’on appel du pied à king ans mais on peut avoir d’autres biais dans le mien quand on fait des manifs en prolongeant où on est pourtant les répliques à pour s’arrêter pile quand elle est là qu’il faudrait vérifier or si on ça on s’engage avec la revue à faire tel protocole avec tm nombre de deux choses etc la revue s’engage à ne publier que ce qu’on publie ce soit positif ou négatif ça répond à la question de départ ça sera publié avec les résultats négatifs a publié il ya des revues comme ça dans la base de la qualité du protocole unique il ya développe via des rues des revues bâton qui même source se spécialise dans les résultats négatifs d’accord mais elles ont pas un succès face à talant donc est ce que il y à des questions dans le public on apprend maintenant comme ça on se rendit minutes et a préféré m’en parle pas ce qu’on en seconde et on dépasse du temps et qu’un petit de déplacer avec le micro sans fil dans la salle parmi notre équipe de joyeux lurons un tu veux le faire aller des places toit et donc va justement que migros se déplace vous avez parlé de valoriser la la communication et se développe vous êtes là pour cent en partie oui ça répond à ça et j’espère que de plus en plus parce que on s’est rendu compte que le tissu des sociétés savantes qui est toujours présent et moins denses qu’autrefois en tout cas moins efficace parce que les gens vont davantage vers les réseaux vallée mais voilà c’est ça c’est vous il ya moins de contact entre les gens intéressés les chercheurs qu’avant peut-être ça c’est vrai alors oui et non parce que de toute façon maintenant avec avec les médias finalement les coûts le contact des chercheurs avec le grand public et quand même peut-être plus important qu’avant en fait j’ai posé la question pendant que le micro devaient circuler et j’ai fini un à la réponse est venue qu’on n’a pas circulé ya pas de pause un vrai pause par son micro aux gens c’était un s’était pourtant que lorsque j’ai demandé non parce que comme on a commencé à militer voilà ces banques et ces quelques questions je propose que tu te fais ta pâte la vanille gros tu parles à plus tard alors on aime question oui bled n’oubliez pas vous pouvez critiquer mendax sur hashtag t en elle en fait j’aime ça n’hésitez pas bonsoir merci donc pour organiser cette conférence j’ai un choisi surpris parce qu’il ya un point qui n’a pas du tout été abordée c’est le système au moment de la deûle à reviewed de la revue par les pairs qui est le système d aveugle c’est à dire que la plupart du temps l’auteur enfin celui qui soumet une publication ne connaît pas l’identité de ces rivières c’est ce qu’on appelle le simple aveugle ça c’est tout le temps le cas a pratiquement ça c’est à peu près tout le temps le cas il ya aussi le double aveugle où on s’est rendu compte que oui potentiellement il ya plein d’arguments mais moi j’en ai qu’un seul en tête là c’est le fait que un grand nom à à une certaine facilité ou tu apprends à écrire et donc on fait un double aveugle donc l’auteur lui-même est anonymisé voilà alors c’est assez compliqué à réaliser et finalement moi je me demande pourquoi est ce que l’on passe pas plutôt à du zéro aveugle pour éviter ces histoires de fuite d’idées au moment de l’évaluation ou aussi de règlement de comptes alors tous les cas de figure il ya tous les cas alors le système qui est utilisée quand même de toute façon a vraiment à 81,15 plus enfin bref je suis incapable de dire un pourcentage mais enfin qu’est majoritaire c’est les auteurs mettre leur nom mais les rigueurs sont anonymes mais il ya certains journaux dans certaines disciplines ou au contraire les reviews heures s’ils veulent ils donnent leur nom est souvent le procès si le processus de pire et vous ça devient une discussion entre ses experts et puis l’idée des auteurs j’ai déjà vécu une fois j’ai trouvé ça très intéressant et donc le l’aveuglent c’est vrai que quand vous avez dit quand un article pour le faire passer il suffit de mettre d’avoir un prix nobel dans le dans les coauteurs même si le prix nobel ne l’a pas lu ou mal lu ou peut lui il ya des cas il ya quelques cas célèbres comme ça une belle ont toujours raison voilà donc mais non et c’est un site c’est psychologique les rives you were veut dire n’est ce pas possible si intel a cosigné cet article c’est forcément que c’est très bon voilà c’est alors que le père de la personne en question elle est tellement sollicité qu’elle n’a pas lu en détail ou pas c’est bien lui ou en tout cas pas donnée n’a peut-être bien vu l’analyse mais pas forcément les données de base enfin etc voilà ce genre de choses ou alors c’est une personne qui n’est pas si brillante que ça si ça arrive au où il ya des ja il ya un cas de fraude extrêmement physique en plus un domaine où la fraude est quand même pas trop développées où il y avait quand même hein un scientifique extrêmement connue qui était co auteur mais qui a avoué que après il avait pas il avait pour lui oui voilà mais on met pas son nom on sentait qu’on n’a pas lu on nous avait dit qu’on n’a pas écrit mais voilà ça c’est la rèze mais malheureusement la pression pour publier fait qu’ il ya des abus de ce côté là quelques fois des auteurs qui n’ont pas fait grand-chose ou même rien du tout et d’ailleurs dans les cas les quatre fraude qu’on a cité wakefield pour le vaccin en fait il y avait chez pas 10 ou 12 coauteur avec lui ils ont avoué après d’ailleurs ils ont été blanchis tout simplement parce qu’il dit alors sont désolidarisés parce qu’ils n’ont pas ils ont pas vu comment avait été fait l’étude dans le cadeau bokata la japonaise la danse ont su ton son chef c’est s’est pendu et ben en fait il y avait 12 ou 13 coauteur de dents dont l’américain assez c’est assez important c’est très chaud surtout ses coauteurs il avait rien eu du tout juste un des co-auteurs c’était son chef qui s’est pendu oui lui par contre il n’a pas supporté d’avoir négligé sa donc en fait les auteurs plus ou moins fictifs entre guillemets c’est monnaie courante et ça c’est un problème et ça c’est à cause de l’évaluation par les nombre de publications alors il faut voir que le nombre de coauteur et ce je vais terminer là dessus c’est parce que les disciplines maintenant deviennent de plus en plus compliqué font appel à des tas de techniques différentes des spécialités différentes et effectivement il ya des articles où il ya beaucoup d’auteurs à cause de ça dont qui sont des vrais mais ils ont participé qu’à une partie du travail des gros équipements ou voilà negro développement des voies là alors on s’arrête juste cinq secondes qu’il ya un petit besoins techniques de mise à jour donc on fait un petit silence une autre question donc mais le feu continue là il ya une question juste avant là est-ce qu’il faut absolument être affilié à laboratoire pour publier ou est ce que un chercheur anthony kim et chercheurs ou que vous voulez individuel autonome peut proposer un papier dans une revue alors en général évidemment pour publier faut avoir fait des expériences faut avoir fait des dons qu’il faut des moyens et un quelqu’un qui est dans sa cuisine peut pas faire alors ça arrive quand ce sont des articles par exemple un peu de mathématiques on peut faire des mathématiques dans son salon c’est à complètement de rang sciences humaines sciences humaines bien sûr aussi bien sûr sciences humaines c’est vrai tout à fait mais il faut quand même avoir accès à des données en sciences humaines des manies possible si on fait de la linguistique des choses comme ça si on n’a pas les données enfin les par exemple si je veux faire une review de physique quantique parfois avoir accès aux articles et dans l’absolu je peux plus je peux proposer à tout à fait tout à fait donc des la question ou avant-dernière ça dépend comme on est belle celle là on va s’affronter un senneur bricmont soir merci pour la confiance j’ai deux questions à redire très courte la première c’est à propos des prêts print ou des archives ouvertes de prépublication oui je vous en ai pas parlé je vois ça va oui j’en ai juste évoqué les archives ouvertes c’est à dire qu’en fait on peut on peut déposer donc il ya des archives des archives l’ex appel à xive qui était américain hal qui a été fait par le cnrs fin à tout ça on peut déposer des articles qui sont rédigées qui sont en cours de review ving par exemple qui peuvent être soumis à d’autres c’est pour un peu pour prendre date et puis ça sert aussi de discussions entre chercheurs qui peuvent doivent eux c’est intéressant ok voilà c’est un mode de fonctionnement qui se développe alors les physiciens sont très friands de ce genre de d’archivés ouverte je crois que 80% pratiquement des physiciens utilisent ces plateformes ça l’est moins utilisés dans d’autres disciplines c’est encore c’est quelque chose qui se développe mais qui n’est pas encore vraiment mais c’est aussi un moyen peut-être de contrer des mauvais comportements dans le par exemple vous publiez vous vous soumettez un article très bon dans une revue prestigieuse et puis a dérivé over qui vont ils vont tout faire pour qu’elle passe pas ou qu’est passe le plus tardivement possible vous avez pris date en déposant sa dans une archive ouverte vous pouvez prouver que c’est vous qui avez d’antériorité moi j’ai une bonne question est ce qu’on peut à 30 ans à voir trois doctorats dans trois disciplines différentes avec des des jurys composés en bonne partie des mêmes personnes et avoir zéro publications scientifiques et être un chercheur sérieux je vous demande voilà avec votre expertise est ce que c’est possible je ne citerai pas le nom de monsieur albert kahn parce que ce sera pas sérieux pas qu’on va gagner du temps c’est non voilà merci ou alors c’est un super génie mais c’est possible est ce que ce monsieur est un super g ni à les lire les critiques de ses contenus par nicolas gauvrit on s’arrête là et puis pendant qu’on arrange vous pourrez poser vos questions à monsieur couric grecs ont applaudi qu’on remercie pour sa présence avec nous [Applaudissements] et donc pour résumer peut-être le merci arrête arrête vous êtes trop trop énergique ce que vous avez dit au téléphone que quand on n’a pas la mission la presse n’a pas été répétée vous avez dit peut-être qu’il faudrait maintenant publié – mais publié mieux est-ce que volet d’une phrase de conclusion anritsu autre chose hélas il est importante il faut donner aux gens maintenant là bas je crois que on voit que les dérives du système c’est dû au fait qu’il ya une pression pour publier plus plus plus plus plus donc évidemment c’est un peu comme le fast-food la veille à la mauvaise cuisine et la bonne cuisine bon jeu là c’est un peu la même chose je crois que si on évalue plus les chercheurs parlent et par le nombre par les indices bibliométriques le nombre de publications etc les impacts facteur qui a moins la pression pour publier ou publient raisonnablement basquin chercheurs qui publient pas il faut se méfier ou qui publie trop peu mais les chercheurs qui publient beaucoup trop par contre il y en a qui peuvent qui publie d’ailleurs rien à rien il ya un français qui doit être le vice recordman du monde du nombre de publications sait on sait très bien que c’est pas possible donc ils disaient qu’il y en a beaucoup qui n’a pas lu oui la voilà ont donc publié de faire baisser la pression là-dessus et bien dans ce cas là la fraude diminuera la qualité des publications re deviendra comme ce comme la qualité des publications qui avait dans les avants qui est cette pression à l’appel à la publication je crois que c’est un mouvement qui mais il faut qu’ils soient respectés par toulon parce que si aucun pays qu’il le fait est bien dans ce cas là c’est le dindon de la farce il va baisser dans les comparaisons internationales permettra aux idées un peu plus nouvelle un peu plus complexe de d’arrivée parce que sinon c’est là aujourd’hui on est en train de tuer les digues de 2 ans 30 ans si les gens à penser un petit peu avec leur temps avec plus de temps pendant c’est de toute façon le temps le temps de la recherche est un c’est un problème un peu plus complexe parce que déjà même en admettant qu’ils aient une pression à publier plus faibles le temps que passent les chercheurs cherchez devient de plus en plus court à cause de toutes les lourdeurs administratives le fait qu’on passe notre temps à les chercher de l’argent à évaluer les projets dreux des autres c’est quelque chose qui est usant et vous êtes prof donc les profs c’est leur lot on me dira que c’est des chercheurs les plus jeunes dans le métier qui font le gros de la de la manip sein non moi j’aime bien alors on en tout cas interpréter les résultats diriger les anons au contraire j’adore c’est trop attendu mais passe trop peu de temps et j’ai justement avant de prendre mon train j’ai passé du temps à discuter avec des rues avant de venir bon donc on peut continuer à vouloir faire de la recherche les mains dans sur la paillasse même en fin de carrière mais manquaient pas non au contraire parce qu’avec le canton a passé quand on atteint l’âge de la retraite c’est vrai que quand dans nos domaines on part en retraite très tard donc on dira ce qu’on appelle profit mérite cirque on a plus de responsabilités du budget de rayonnement est largement commencé à faire le boulot qu’on avait choisi de faire à 25 ans donc la fête la recherche au début à la fin et ue fait de la ccsa notre cas on vous donne rendez vous on va essayer de continuer à faire de la vulgarisation le 9 mai on reçoit était née klein c’est la bouffe on sera la salle raugraff on va parler des origines on va prendre un peu de physique et philosophie pourquoi on s’intéresse t nom aux origines et qu’est ce que la science and we’re dessus depuis depuis le début de la science voilà dans l’intervalle on vous souhaite de vous porter bien n’oubliez pas de revenir c’est salle raugraff ne sera pas ici 1 dans un mois et on remercie beaucoup les partenaires qui sont l’université parce que on est accueilli palais la cité scienze new et julie adam khel à qui a organisé notre présence est ici merci julie on vous remercie d’aider la soul aztèques en aidant sur le sila c’est là sur le tipi donner plein d’argent parce qu’on va en boîte ou utiliser un art et essai ciblière c’est vulgaire ou alors mettez vos tenues et et je remercie l’équipe technique un guillaume et et gabriel la prochaine fois on commencera à l’heure parce que ça marchera mieux on vous remercie vous d’être là en physique c’est parce que c’est plus sympa de vous voir en vrai c’est mieux voilà c’est bien ils sont diaboliques voilà et je n’ai rien à ajouter est ce que voulais tu veux donner un mot de la fin non merci bla tapas bonne nuit restés sceptiques [Applaudissements] [Musique] notre avis [Musique]

Un témoignage n'est pas une preuve scientifique.
Un témoignage n’est pas une preuve scientifique


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s